Démission du député Kalilou Ouattara du RPM : «Une décision infirme qui ne dépasse pas le poids d’un atome », déclare le ségal de la jeunesse section III RPM

Le Pr Kalilou Ouattara, président de la commission santé de l’Assemblée Nationale l’unique député de la commune III du District de Bamako et trois de ses camarades  notamment  Soïba Coulibaly de Kita, Mamadou Doumbia de la commune II, Bakary Diarra de Sikasso, ont claqué  mardi la porte du Rassemblement Pour le Mali. Les désormais démissionnaires du RPM ont atterri  dans la famille de l’ADP- Mali, un parti qui vient également de faire ses adieux avec la majorité présidentielle. En commune III, le départ  de l’honorable Ouattara semble être une décision infirme pour les jeunes du RPM, son désormais ex-parti. En témoigne les propos de Daha Keïta, secrétaire général  des jeunes de la section III RPM. 

« Mes sentiments sont mitigés. Pour revenir à la démission, je  dirai que cela ne nous a aucunement surpris, connaissant l’homme, son comportement, la manière dont il réfléchit. Il n’a jamais été en phasage avec les vrais militants du RPM. D’ailleurs l’histoire vient de nous donner raison. On a tout fait pour assister et accompagner ce monsieur. Hélas, ça n’a pas marché. Même au niveau de sa base, c’est à dire à Koulouba-Sokonafing, sa démarche a été toujours solitaire.  Nous sommes une commune où  on peut se taper la poitrine à chaque joute électorale. En tout cas bien avant l’avènement  du parti au pouvoir, jusqu’à ce qu’à son accession à la magistrature suprême avec l’élection de  El Hadj Ibrahim Boubacar Keïta, et jusqu’à maintenant la commune III n’est restée en marge. Elle a été à tous les rendez-vous en ce qui concerne la victoire du parti. Cette démission est pour nous comme un bon débarras. On s’y attendait compte tenu du comportement de l’homme avec ses idées utopistes et de forestier. En témoigne l’association des ressortissants du sud comme pour faire un barrage à ce qui se passe au nord en défendant  une atmosphère antagoniste. Son comportement vis-à-vis des politiques du gouvernement, vis-à-vis de la majorité RPM auquel, il était  toujours membre, vis-à-vis de  la section III RPM, nous a toujours démontré qu’il fallait s’attendre à tout de sa part.  Ce qui me paraît indigne et surprenant, c’est qu’un intellectuel de son  acabit  puisse se permettre d’agir contre un parti qui l’a tout donné. Ce monsieur n’avait rien. C’est lui qui  nous a suppléé terre et ciel pour qu’il puisse être le candidat de la section III RPM aux législatives de 2013. Il est devenu député grâce à l’argent du parti. En intellectuel consciencieux, je pense qu’il doit se poser beaucoup de questions. Il nous a déçus par rapport à la morale politique. A la réelle politique, ce n’est pas un bon exemple aujourd’hui. Pour la première fois, un élu de la commune III a fait irruption pour aller dans un autre parti politique. C’est une première. La commune III est la commune des cadres politiques, des intellectuels et des hommes dignes. Quand on entend quelqu’un qui se  fait passer pour criquet pèlerin, qui mange dans toutes les sauces, cela est synonyme la saveur d’une corruption à grande échelle. Cette démission n’est pas une déception pour moi et pour la jeunesse de la section III RPM. Cet acte indigne et opportuniste n’a aucun  effet sur la vitalité du parti. D’ailleurs, le parti vit mieux et il vivra encore plus avec le départ de ces mauvaises graines. On n’a pas senti que quelque chose s’est passé non seulement au sein de la sous-section RPM de Koulouba-Sokonafing où le Pr Kalilou était le secrétaire général. Peut-être que les journaux en font bon usage. Au niveau de la commune III, les choses bougent normalement comme si rien ne s’était passé. Je  vois  le RPM comme un océan de mer. A cet effet, la démission de Kalilou du RPM ne représente rien. C’est une décision infirme qui ne dépasse pas le poids d’un atome. C’est un véritable coup d’épée dans l’océan que l’honorable Ouattara vient de réaliser. Pour qui connait la valeur politique de l’homme, sa démission du RPM n’a aucun sens. Nous allons prouver à la face de la direction du RPM et de l’homme politique malien que cette démission nous              a d’ailleurs renforcés. C’est pourquoi, je profite de l’occasion pour inviter les cadres et militants de la section III RPM à se donner la main pour faire face au nouveau défi des communales. Un parti n’a pas de sens que lorsqu’il est implanté au niveau de la base. J’ai déjà mis cette démission derrière moi. Cette démission n’aura impact négatif sur le parti en commune III à fortiori sur l’état-major du parti qui est en pleine vitalité. Nous allons organiser notre congrès sans tiraillement et les gens vont se comprendre ».

Jean Goïta

 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here