Le Chef d’Etat-major de la Garde Nationale face à la presse: «Nous pourrons répondre aux défis avec le vote de la Loi de programmation militaire»

Le tout nouveau Chef d’Etat Major de la Garde Nationale du Mali, le Colonel Ouahoun Koné, nommé le 19 septembre 2016, était face à la presse le jeudi 29 septembre, dans les locaux du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, pour le point de la mission spécifique du Groupement de Maintien d’Ordre (GMO) de son corps. Il était pour la circonstance accompagné du Commandant Mamady N’Fani Diakité et du Colonel Oumar Cissé.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le Commandant Diakité a fait savoir que le Groupement de Maintien d’Ordre de la Garde Nationale fut créé pour faire face aux besoins de sécurité publique. Il vient en renfort des autres forces de sécurité, suivant l’arrêté N°08 – 1854 / MDAC – MSPC – SG du 1er juillet 2008.

Constituant un véritable maillon du dispositif de sécurité de la capitale, il participe aux différentes missions de service, de garde et de missions d’interventions spéciales, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Le GMO participe notamment au maintien et au rétablissement de l’ordre public, à l’application des mesures de police administrative et à la sécurisation des institutions et des autorités administratives et politiques.

S’y ajoutent la protection et la garde des édifices publics et la défense opérationnelle du territoire. Le GMO a effectué 491 sorties et a procédé à 442 interpellations entre 2015 et 2016. Le Chef d’Etat major de la Garde Nationale ajoutera que le GMO entretient de très bonnes relations avec les autres forces. Il a relevé plusieurs défis, au nombre desquels la gestion de la prise d’otage à l’hôtel Radisson le 20 novembre 2015, l’attaque terroriste contre l’hôtel Nord – Sud le 21 mars 2016, la couverture sécuritaire de plusieurs services d’ordre, les patrouilles et les formations.

Comme difficultés, il faut noter le nombre insuffisant du personnel, la vétusté des infrastructures, les problèmes de logistique et les besoins de formation, a expliqué le Commandant Mady N’Fani Diakité. Mais, «lorsque la Loi de programmation militaire sera votée par l’Assemblée nationale, la Garde nationale pourra répondre aux défis», à en croire le Colonel Koné.

A la question de savoir si la Garde Nationale menait une coopération extérieure avec d’autres forces, le Chef d’Etat Major répondra par l’affirmative, soulignant qu’elle a des relations de coopération avec son homologue de l’Algérie.

Quant aux motifs d’interpellations, ils peuvent divers lors des patrouilles. Par exemple, lors de la rencontre d’une personne avec un véhicule non immatriculé ou sans pièce d’identité, lors d’un refus d’obtempérer aussi. «Mais sachez que la Garde Nationale ne mène pas directement des actions de Police Judiciaire. Elle met les suspects à la disposition de la Police», a expliqué le Commandant Diakité.

Adama Bamba

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here