Rétrospective : Histoire de la fédération du Mali (Suite et fin)

92

Le 15 mai 1959, de Gaulle reçoit Keïta à l'Élysée et reconnaît la Fédération du Mali au sein de la Communauté. Puis, le président français répond favorablement le 13 décembre devant l’Assemblée fédérale siégeant à Dakar, à la requête de transfert des pouvoirs de la communauté à la Fédération formulée le 29 septembre précédent. Les négociations ouvertes à l'hôtel Matignon le 18 janvier 1960 aboutissent à la signature le 4 avril des accords sur l'indépendance de la Fédération, proclamée officiellement le 20 juin 1960 à minuit à l'Assemblée fédérale, par son président Léopold Sédar Senghor.
L'éclatement de la Fédération
Durant l’été, les dissensions entre Sénégalais et Soudanais se font jour sur leurs conceptions politiques et les nominations. Puis, le 18 août 1960, sur ordre de Keïta qui n'en n'informe pas Dia, le colonel Soumaré, chef des forces armées, mobilise les unités de l’armée malienne stationnées à Podor et Bignona pour sécuriser le prochain scrutin présidentiel, les Soudanais craignant une sécession des Sénégalais, qui eux, redoutent un coup de force soudanais. Le conseil des ministres extraordinaire du lendemain, en présence d'un seul ministre sénégalais, décharge Dia de ses fonctions et décrète l’état d’urgence
En réponse, Senghor et Dia, soutenus par la gendarmerie dirigée par les Sénégalais, font arrêter le colonel Soumaré le 20 août par le commandant de la Garde républicaine sénégalaise. Le soir même, les députés sénégalais votent l'indépendance du Sénégal et l'état d’urgence, faisant reconduire le lendemain à la frontière, Modibo Keïta et les représentants soudanais présents à Dakar.
Le 22 septembre, Modibo Keïta proclame l’indépendance de la République soudanaise qui garde néanmoins le nom de l'ancienne fédération et devient la République du Mali[3].
Drapeau
Son drapeau est composé de trois bandes verte, or, rouge verticales et égales. Il porte un kanaga noir (masque Dogon) en son centre. À noter qu'il est quasi identique au drapeau du Soudan français et de la République soudanaise, mis à part le choix des trois couleurs
Youssouf Sissoko

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here