Troublantes coïncidences : Les engins de «l’opération Bulldozer» ravitaillés en carburant par les stations ORYX

Ce sont bien les stations ORYX qui ravitaillent en carburant les engins de destruction de «l’opération Bulldozer» également appelée «Amy Kane». Et la coïncidence ne s’arrête pas là. Hélas, non !

Mardi dernier aux environ de 10 h, les engins chargés de ladite opération faisaient en effet la queue dans la station ORYX sur la route de Koulikoro face à IBIZA. Les conducteurs étaient tous munis de tickets d’essence de la société en question. Après donc avoir fait le plein, les engins se rendirent sur les lieux de destruction préalablement ciblés.

Signalons qu’il est question, dans le cadre de la même opération, de déguerpissement de stations-services toutes appartenant à des opérateurs nationaux. Motif évoqué par la Gouverneur du District : elles vendent du carburant frelaté et empiètent surtout le domaine public. Les promoteurs de ces services avaient jusqu’au 30 Aout dernier pour faire place libre. Selon toute évidence, ils ont obtenu un sursis.

C’est dans cette mouvance qu’a été publié le rapport de l’ONG suisse Public Eye épinglant la société ORYX. Selon le rapport d’enquête, la station distribue un produit de très mauvaise qualité sur le marché malien avec des conséquences désastreuses sur la santé des populations et sur l’environnement.

Par ailleurs il ressort du constat que ses installations empiètent partout sur le domaine public.

Mauvaise qualité, installation anarchique : les deux critères évoqués par la Gouverneure du District pour déguerpir les nationaux. Et pourquoi pas ORYX alors ?

Une partie de la réponse se trouve-elle dans les tickets de carburants à la disposition des démolisseurs ?

Aussi, il s’avère que ce sont plus de 19 stations SNF (Société N’diaye et frères) qui ont cédé la place à ORYX. Les prometteurs de ces stations (SNF), on le sait sont très proches du pouvoir à Bamako. L’on se rappelle qu’en 1994, ces stations (SNF) avaient émergé partout et avec le monopole des bons d’essence des services publics. Depuis quelques années la société connait des difficultés et a fait place à ORYX.

Ceci expliquerait-il cela ?

A suivre

BS Diarra et TC

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here