Remise en cause des clauses de 1996 concernant les personnes handicapées : Le RHADP réclame l’arbitrage d’IBK

Les personnes handicapées diplômées bénéficiaient de faveurs dans l’intégration dans la Fonction Publique d’Etat. C’était à la faveur d’une signature d’accord entre le PM d’alors et les associations de personnes handicapées. Cet acquis ayant été mis en cause par la transition de 2012 -2013, RHADP réclame le retour aux clauses de 1996.
En vue de faciliter l’intégration des personnes en situation de handicap dans la Fonction Publique de l’Etat, IBK, Premier Ministre d’alors avait signé un décret avec des associations de personnes handicapées. Ce décret a permis de recruter un nombre important de personnes handicapées diplômées dans la Fonction Publique. Il suffisait pour les associations concernées de dresser une liste de personnes à recruter au ministre en charge de la Fonction publique.
La transition de 2012-2013 a mis fin à ce système arguant que des personnes non handicapées étaient inscrites sur ces listes avec de tierces personnes. La décision des autorités de la transition a porté un coup dur aux personnes handicapées diplômées.
Pour manifester leur désarroi, elles ont tenu un sit-in devant le ministère de la Fonction Publique.
Le Réseau hand Actions Développement et Perspective (RHADP) qui regroupe une soixantaine d’associations de personnes en situation d’handicap, en appelle à l’arbitrage d’IBK, Premier Ministre en vue de dénouer cette crise qui risque de briser la carrière de nombreux jeunes diplômés handicapés.
Le Président du réseau propose, sous l’égide de son initiateur la prolongation de l’âge d’entrée dans la Fonction publique des personnes handicapées à 43 ans au lieu de 40 ans pour les catégories A, 38 ans pour les catégories B au lieu de 35 ans et 33 ans pour les catégories C au lieu de 30 ans.
Il propose également de ramener la moyenne d’admission à 09/20 au lieu de 10/20 pour tout diplômé handicapé qui prendra part au concours d’entrée dans la fonction publique.
La mise à disposition de fonds de garantie sociale pour personne handicapée s’avère nécessaire. Ce fonds servira de caution à tout handicapé porteur de projet.
Pour Djadja Traoré, Président du RHADP, ces propositions pourraient passer avec l’arbitrage du Président de la République qui était le chef d’œuvre ayant facilité le recrutement des personnes handicapées diplômées dans la Fonction publique d’Etat.
Toutefois, les handicapés expriment leur reconnaissance à IBK pour sa clairvoyance.
Ambaba de Dissongo

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here