Témoignage sur Cheick Ag Aoussa,

Né vers 1962 à Boughassa dans le Cercle de Abeibara, dans le cœur montagneux de l’Adrar des Ifoghas, Acheikh comme tous les jeunes Touareg s’est rendu en Libye à la fin des années 70 à la recherche d’un emploi rémunéré suite aux conditions précaires de vie liées à la rébellion de 1963 et aux sécheresses cycliques que l’Adagh a connues. Il fait partie du premier Contingent de la Légion Verte devenue Légion Islamique ayant effectué avec brio sa formation militaire de Commando dans le cadre de l’Appel du Guide libyen aux Touareg pour rejoindre la libye, leur mère-patrie.

Par son dynamisme, il devient le Chef des Formateurs de la Section Commandos et en même temps le premier responsable des jeunes Touareg du moins Kal Tamachaqt enrôlés dans la Légion Verte avant d’en être évincé par Iyad Ag Ghally. Acheick a participé aux missions libyennes aux côtés de l’OLP au Liban contre Israël et à Aouzou au Tchad. Après la dissolution de la Légion Verte, par Khadafi en 1990, comme tous ses compatriotes, il rejoint le Nord du Mali où il a pris part à la rébellion de juin 1990. Après la signature de l’Accord de Tamanrasset en janvier 1991, il se brouillera avec Iyad Ag Ghally qu’il accuse d’avoir renoncé à la Feuille de route de la rébellion portant sur la libération à la fois sociale et territoriale de l’Azawad. Iyad a échappé à une tentative d’assassinat à Kidal ville ayant coûté la vie à son chauffeur dont le véhicule a été criblé de balles par des combattants acquis à Acheick Ag Awissa.

Arrêté et déféré à la Prison de Kidal où je lui ai rendu en 1992 une visite de courtoisie en qualité de Coordinateur des MFUA, Acheick a été libéré et s’est réconcilié avec Iyad. Le conflit ayant opposé le MPA à l’ARLA en 1994 suite à l’assassinat par l’ARLA du Colonel Bilal Ag Saloum a consolidé leur entente au nom de leur appartenance commune au MPA. L’ADC en 2006 a profité de son encadrement militaire.

A.H.A

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here