Défection de parlementaires au Mali: la majorité contre-attaque

Au Mali, la majorité présidentielle se trouve fragilisée après le départ de plusieurs vagues de députés. Ces derniers, qui soutenaient le RPM, le parti du président Ibrahim Boubacar Keita, ont à présent rejoint une nouvelle coalition d'opposition, baptisée ADP Maliba. Mais ces défections ne relèvent pas uniquement de la bataille politique, elles font également l'objet de graves accusations.

Au sein de la majorité présidentielle, on se dit « déçu ». Pas tant parce que 14 députés ont claqué la porte, mais parce qu'ils l'auraient fait pour l'argent. C'est du moins ce qu'affirme à RFI Moussa Tembiné, président du groupe parlementaire du RPM. « Chacun de ces députés a été acheté à 50 millions (de CFA) par le parti ADP Maliba dirigé par Diallo de Wassoul'Or, et non seulement des députés de notre parti mais aussi des députés de partis alliés... »

Cheick Oumar Diallo, le secrétaire politique de l'alliance ADP Maliba, est également responsable de la communication de l'entreprise Wassoul'Or. Il répond à ces accusations. « Nous le démentons catégoriquement cela car cela va à l'encontre de tous les principes que nous défendons au sein ADP Maliba. Ni l'argent de l'ADP Maliba, ni l'argent de la société Wassoul'Or n'ont été donné à un quelconque élu de la République du Mali ».

Créé en 2013, ADP Maliba tient là son tout premier groupe parlementaire. Une redéfinition de l'Assemblée malienne qui fragilise la majorité présidentielle sans la remettre en cause : le RPM et ses alliés disposent toujours de la majorité absolue.


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here