3ème Congrès ordinaire de l’Union des jeunes du RPM : sous le signe de l’unité et la cohésion

Les participants ont examiné et adopté le rapport d’activités et le bilan financier du bureau sortant, procédé au toilettage des textes fondamentaux en vue de les adapter au contexte nouveau relatif à l’exercice délicat du pouvoir politique. Le renouvellement du bureau était aussi à l’ordre du jour
En cette veillée d’armes des élections communales prévues pour le 20 novembre prochain, l’Union des jeunes du Rassemblement pour le Mali (UJ-BN/RPM) a réussi un grand coup en faisant salle pleine au Palais de la Culture Amadou Hampathé Ba, samedi dernier, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de son 3ème congrès ordinaire. Toutes les sections de la capitale ainsi que celles des 10 régions du Mali et de l’extérieur du pays, étaient représentées. Etaient aussi de la rencontre, des amis socialistes venus de Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Niger et de Guinée Conakry. Pour des contraintes de calendrier, les représentants du PS français n’ont finalement pas effectué le déplacement. Mais ils ont tenu à adresser une motion de soutien et d’encouragement au congrès. L’événement a également mobilisé autour du député élu en Commune V, Moussa Timbiné et ses camarades jeunes du RPM, un parterre de cadres du bureau politique national du parti, notamment Boulkassoum Haïdara, Dr Bocary Tréta et Bakary Konimba Traoré.
Ce congrès se tenait à un tournant délicat pour le parti. Après la démission de 4 de ses députés, les Tisserands avaient besoin d’envoyer des signaux forts pour rassurer leurs militants, sympathisants et alliés politiques. Le congrès des jeunes était donc une occasion pour démontrer que le RPM a du répondant nécessaire pour soutenir les actions du président de la République.
C’est pourquoi, les interventions du président intérimaire, Boulkassoum Haïdara et des porte-paroles des partis amis et invités se sont focalisées sur l’unité et la cohésion au sein du parti. Ils ont également invité les jeunes à tenir un congrès exemplaire, pour ouvrir la voix à ceux des femmes et des seniors, prévus cette semaine.
Le président sortant Moussa Timbiné a fait un large tour d’horizon sur les préoccupations de l’heure, notamment les questions de paix et de sécurité. Selon lui, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a fait de la construction et de la consolidation de la paix une option cardinale de son quinquennat, qui est placé sous le signe de l’honneur et du bonheur des Maliens de tous les horizons.
« Nous sommes les témoins privilégiés de la marche irréversible du Mali vers le progrès, notamment la nouvelle dynamique visant à consolider les efforts de promotion de l’emploi des jeunes ; la construction de salles de classe en vue d’améliorer l’offre éducative qui peut impacter positivement sur la qualité de l’enseignement et de la formation ; améliorer le système de santé en le rendant accessible au plus démunis ; conforter l’économie et l’entrepreneuriat jeune ; enfin lutter efficacement contre l’immigration clandestine…», a-t-il souligné avant de profiter de l’occasion pour lancer un appel à l’unité et au sens du discernement, à ses camarades jeunes du RPM engagés en première ligne du combat pour la paix. Car, ce qui est en jeu, dira-t-il, dépasse les aspirations personnelles et les positionnements électoralistes et/ou les tapages démagogiques.
Moussa Timbiné n’a pas manqué de commenter l’actualité, notamment le départ de certains leurs camarades Tisserands pour une autre formation politique. Se disant étonné et surpris par ce « comportement inqualifiable », l’orateur a fustigé l’abandon, de la manière la plus légère, des convictions de tous les jours pour suivre des intérêts éphémères. Selon lui, ces comportements n’honorent pas leurs auteurs. « Mais, en attendant que l’histoire n’étale toute la vérité au grand jour, le RPM continue sa marche avec tous ceux qui pensent au Mali et aux Maliens », a-t-il martelé. Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour : l’examen et l’adoption du rapport d’activités et du bilan financier du bureau sortant, le toilettage des textes fondamentaux en vue de les adapter au contexte nouveau relatif à l’exercice combien délicat du pouvoir politique par le parti et l’élection d’un nouveau bureau.
Les congressistes ont renouvelé leur confiance et leur soutien sans faille au président de la République, le fondateur du parti et formulé une batterie de recommandations, sur lesquelles nous reviendrons dans nos prochaines éditions.
A. O. DIALLO

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here