La réponse du berger à la bergère ?

Ces derniers temps, les ordures envahissent les rues de plusieurs quartiers de la capitale. Les populations ont tout simplement décidé de se débarrasser elles-mêmes de leurs ordures. Et de quelle manière !
A quelques mois du sommet Afrique-France, les habitants de la capitale et en l’occurrence de la Commune II, viennent une fois de plus de prouvé que Bamako est loin d’être prête pour abriter la rencontre en tout cas sur le plan assainissement.
Bamako s’agrandit au jour le jour et sous l’effet de la démographie, les services en charges du ramassage des ordures eux ont failli. La capitale croule sous les ordures. Les rues sont devenues de véritables dépotoirs. Une réaction à l’opération Bamako-Ville propre » qui a fait de nombreuses victimes ? Tout l’indique.
Il faut dire que les populations ne sont plus coopératives et ne ratent pas la moindre occasion pour étaler leur mécontentement à travers des manifestations de rue. Elles s’estiment mal gouvernées, brimées, appauvries et humiliées.

Ce ne sont, en tout cas, les incohérences qui manquent dans la gestion des autorités actuelles. L’une des plus notoires est celle-ci : l’on produit des ordures à travers l’opération dite « bulldozer » sans au préalable savoir où les stocker. Il s’avère en effet que le dépôt d’ordures de Noumougou sur la route de Koulikoro est fermé. Celui transitoire de Médina-Coura en commune II est sur le point de l’être.
Alors, où amener les ordures ménagères mais aussi, celles issues de l’opération «Bamako-Ville sale», pardon, «propre» ? Il aurait été judicieux de trouver au préalable réponse à la question relative à un dépôt final. Mais non ! Ici, on préfère le tape-à-l’œil, le « Tôkô-gnini » !

Coulou

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here