Affaire Ras Bath Ses ‘’fans’’ très remontés contre le ministre Mamadou Ismaïla Konaté

A NE PAS MANQUER: Décret de nomination des autorités intérimaires: La CMA pro-Kidal conteste aussi le gouvernement
URGENT: CITE ADMINISTRATIVE : Trois minutes avec l’ex-chef rebelle Mahamadou Djéri Maïga
Accueil | Société | Affaire Ras Bath Ses ‘’fans’’ très remontés contre le ministre Mamadou Ismaïla Konaté
Affaire Ras Bath Ses ‘’fans’’ très remontés contre le ministre Mamadou Ismaïla Konaté
Par Tjikan - Date: il ya 1 heure

Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Affaire Ras Bath Ses ‘’fans’’ très remontés contre le ministre Mamadou Ismaïla Konaté
Le samedi 8 octobre dernier, les membres de plusieurs organisations de la société civile ont battu le pavé pour dénoncer les atteintes graves portées à la liberté de la presse et à la liberté d’expression au Mali. Aussi, ils ont demandé l’annulation de toutes les charges retenues contre l’animateur Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et même demandé la démission du ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mamadou Ismaïla Konaté.
Cette marche est partie de la place de la Liberté en passant sous l’Echangeur au niveau du cinéma Babemba pour se terminer au monument de l’Indépendance où Abdoul Niang, leporte-parole des marcheurs a lu une déclaration.
Sur les banderoles, l’on pouvait lire, :« libérez la voix du peuple : Ras Bath », «lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection pour le peuple et pour chaque portion du peuple est le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », « une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier », «il ne suffit pas de dénoncer l’injustice, il faut donner sa vie pour la combattre », «monsieur le ministre démissionnez », «accepter l’injustice sociale, c’est préparer la guerre », «nul ne doit être inquiété pour ses opinions », «si la liberté d’expression se limite aux idées qui nous conviennent, ce n’est pas la liberté d’expression »….
A leur arrivée au moment de l’Indépendance, le porte-parole, Abdoul Niang, a indiqué que la liberté d’opinion et d’expression est garantie par la déclaration universelle des droits de l’Homme. Selon lui, elle est inscrite dans la constitution malienne qui est d’ailleursl’un des fondements de la démocratie. Abdoul Niang dira que la liberté d’expression se trouve grandement et abusivement poignardée par le ministre de la Justice dans la procédure engagée contre Mohamed Yousouf Bathily dit Ras Bath.
A en croire Abdoul Niang, sachant bien que le dossier Ras Bath est vide, le ministre Konaté s’est rabattu sur le contrôle judiciaire pour interdire à Ras Bath ses émissions. Selon lui, il veut maintenir ce dernier dans cet état en violation de tous les droits. C’est pourquoi, dit-il, ils sont sortis pour exiger la levée immédiate du contrôle judiciaire contre Ras Bath et la démission du ministre de la Justice Me Mamadou Ismaïla Konaté.
Tidiane Tangara, journaliste qui est aussi l’un des initiateurs de la marche a dénoncé la corruption, le népotisme, l’injustice, la privation de la liberté d’expression entre autres qui sévissent actuellement au Mali. Avant de toucher du doigt, l’affaire Ras Bath dans laquelle, ses droits ont été complètement violés par le ministre de la Justice Me Konaté et son système.
«Sa mise en accusation est une violation des articles 33, 34,60 et 61 de la loi N°0046 du 7 juillet 2000, portant sur le Régime et les Délits de presse. Ce contournement de la loi de presse au profit du droit commun pour prendre des mesures restrictives à la liberté d’expression est une première et une atteinte grave sur l’avenir de la presse au Mali. », a-t-illaissé entendre. Avant d’ajouter que cette pratique du temps de la dictature, combattu au prix du sang est une insulte à la mémoire des martyrs du 26 Mars 1991 et indigne d’un pouvoir démocratiquement élu.
« Nous donnons une semaine au ministre pour remettre Ras Bath dans ses droits, sinon nous allons continuer notre veille citoyenne, nous allons faire des sit-in à la place de l’Indépendance. », a-t-il conclu.

Moussa S. Diaby (Stagiaire)
Source: Tjikan

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here