Congrès du RPM : « KENEKARABA » risque gros, tres gros !

Prévu pour le week-end prochain, le congrès du RPM (Rassemblement Pour le Mali), le parti au pouvoir, s’annonce comme celui de tous les dangers. Surtout, pour certains de ses cadres, dont les frasques ont défié la chronique ces derniers temps.

Député élu à Dioïla et non moins questeur de l’Assemblée nationale,  l’honorable Mamadou Diarassouba, plus connu sous le nom de « kénékaraba » est de ceux-là. Non seulement, il risque de perdre le poste de secrétaire à l’organisation qu’il occupe ; mais aussi, le poste de secrétaire général du parti, objet de ses rêves.  En effet, à la réunion du RPM, tenue le 13 octobre dernier, dans l’après-midi, au siège du parti, « kénékaraba » a été accusé, publiquement, d’avoir semé le bordel au sein du parti. En tant que simple secrétaire à l’organisation du RPM, il se comporte comme le secrétaire général du parti, en prenant des décisions, dont il n’a ni la charge, ni la compétence requise.

Selon nos sources, proches du Bureau Politique National du RPM, ce sont les manœuvres politiciennes  de « kénékaraba », qui sont à l’origine des sections et sous-sections parallèles au sein du RPM. Lesquelles se regardent, désormais, en chiens de faïence. Parce que les sections ou sous-sections, régulièrement, mises en place sont jugées « illégitimes », au profit de celles qui ne disposent d’aucune base réelle.  Pour nos sources, l’honorable Mamadou Diarassouba n’est plus digne de son poste de secrétaire à l’organisation qui, disent-elles, sera affecté à un autre cadre du parti plus compétent que lui. Il n’est pas, non plus,  qualifié pour succéder au Dr Bocari Tréta au poste de secrétaire général du parti. Ce poste, indiquent nos sources, exige un diplôme d’études supérieures ; alors que « kénékaraba » ne dispose que d’un diplôme de maître du second cycle.

Oumar Babi 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here