Pastoralisme : le Sahel se dote d’une stratégie de communication

La maison des Aînés abrite en ce moment un atelier de formation sur la stratégie de communication du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel et la restitution des points saillants de l’atelier régional sur la communication. Le coup d’envoi des travaux de cette rencontre de 3 jours a été donné par un représentant du ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mamadou Sékou Djiré. C’était en présence du coordinateur national du PRAPS-Mali, Abdou Wahab Diarra.

Cette rencontre vise à partager le projet de stratégie et de plan de communication du PRAPS. L’atelier permettra également de restituer les points saillants de l’atelier d’information et de formation des spécialistes en communication et en suivi-évaluation organisé à Bamako en février dernier par la coordination régionale du CILSS ; de partager la stratégie et le plan de communication du PRAPS régional afin de créer une dynamique avec les activités nationales ; d’harmoniser la vision, les méthodes et procédures en matière de communication adaptées au pastoralisme et de renforcer les compétences des spécialistes en communication des coordinations nationales.

La présente rencontre selon le représentant du ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mamadou Sekou Djiré « est d’un intérêt indéniable pour le PRAPS qui contribuera à l’intensification des productions animales et à la création d’emploi ».

Le projet interviendra dans les 10 Régions, 31 Cercles et 220 Communes, dans 3 zones agro-écologiques, à savoir le Sahel occidental, le Delta central et le nord du pays. Il contribuera à améliorerer l’accès à des moyens et services de production et aux marchés pour les pasteurs et agropasteurs dans les zones frontalières et le long des axes de transhumance des six pays sahéliens.

Il aidera les gouvernements des pays à apporter des réponses à temps et de manière efficace en cas de crise pastorale ou d’urgence. Le PRAPS touchera 440.000 pasteurs et agropasteurs bénéficiaires directs dont 132.000 femmes et jeunes.

K. DIAKITé
Source: Essor

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here