Conclusions des travaux de la commission nationale d’orientation des élèves admis au DEF : L’APEM attire l’attention des pouvoirs publics sur les insuffisances constatées

144

Les responsables de l’Association des écoles privées agrées du Mali (AEPAM) ont organisé, hier mercredi 19 octobre, à la Maison de la presse, une conférence de presse pour exprimer les préoccupations des promoteurs d’école privée par rapport aux conclusions de la commission nationale d’orientation des élèves admis au Diplôme d’études fondamentales (DEF).

Ladite conférence était animée par le secrétaire général de l’AEPAM, Abdoul Kassoum Touré, en présence de plusieurs promoteurs d’école privée.

Le conférencier, dans son intervention, a fait l’état des lieux des établissements privés en République du Mali. Selon lui, plus de 1 500 établissements privés ont été déclarés éligibles et plus de 2 000 sont déclarés officiellement. Et de poursuivre que la plupart des écoles privées répondent aux normes de construction établies par l’Etat malien.

Par rapport à la place des établissements privés dans le renforcement du tissu, le conférencier dira que les promoteurs d’écoles privées contribuent à la politique de création d’emploi dans notre pays. Aussi, dit-il, chaque année c’est le privé qui finance l’année scolaire dans notre pays. En effet, la demi-bourse et les frais scolaires ne tombent qu’au mois de mai, entre temps se sont les promoteurs qui prennent en charge le salaire du personnel enseignant. « Notre soucieux c’est l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants évoluant dans le privé. Les textes nous autorisent à signer des contrats à mi-temps », a-t-il précisé.

Sur la question du processus de paiement des frais scolaires, il a dénoncé la lourdeur du processus de décaissement de ces montants. « A la date d’aujourd’hui plus de 100 établissements privés n’ont reçu aucun frais », a-t-il déploré.

En réponse à la question sur les conclusions de la commission nationale d’orientation des élèves admis au DEF, Abdoul Kassoum Touré a laissé entendre que l’Etat n’est pas obligés d’orienter des élèves dans les établissements privés. « Seuls quelques 900 établissements privés ont reçu les élèves cette années sur plus de 1 500 déclarés éligibles. Nous attirons l’attention des pouvoirs publics sur quelques insuffisances », a-t-il souligné.

A le croire, afin de corriger les différentes tares constatées dans les travaux de la Commission, l’AEPAM a adressé au ministère de tutelle un mémorandum. Ce document propose entre autres : le dégrèvement du surplus d’effectifs du public vers le privé, le redéploiement des élèves des structures inexistantes ou fermées ainsi que ceux du CERFITEX, l’orientation des élèves de 15 ans ayant deux redoublement au fondamental, le déverrouillage des transferts public-privé/privé-privé, la régularisation des élèves de 2015-2016 encadrés par les privés, l’équité dans le traitement entre établissement privés laïc et privé catholique, la mise en place d’un cadre formel de concertation dans une dynamique de partenariat public/privé.

Mama PAGA

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here