Finance islamique dans l’espace UEMOA : Son texte réglementaire rentrera en vigueur le 1ier trimestre 2017

Petit à petit, la Finance islamique est entrain d’intégrer les mœurs économiques dans l’espace UEMOA, comme en témoignent les deux faits majeurs de cette semaine dans l’histoire de cette finance. Il s’agit dans un premier temps de l’annonce le lundi 17 octobre 2016 par le gouverneur de la BCEAO de l’entrée en vigueur au premier trimestre 2017 du texte règlementaire sur la finance islamique dans l’espace UEMOA. L’autre fait marquant pour cette finance, a été la cotation le mardi 18 octobre 2016 à la BRVM de cinq sukuk d’un montant de 766 milliards de FCFA.

Pour rappel, la finance islamique est basée sur les principes de la loi islamique qui imposent justice, équité et transparence. Elle se distingue des pratiques financières conventionnelles par une conception différente de la valeur du capital et du travail. Ainsi, ses pratiques mettent en avant l’éthique et la morale et puisent leurs sources dans la révélation divine et dans la sunna tout en s’inspirant des pratiques économiques et financières à l’époque du prophète Mahomet, PSL.

Pour l’intégration de la finance islamique dans l’espace UEMOA, le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), M.Tiémoko Meyliet Koné a annoncé le lundi à Abidjan que le texte réglementaire sur la finance islamique rentera en vigueur au premier trimestre de l’année 2017. Il ajoutera que le processus d’élaboration d’un cadre juridique a été conduit à son terme en septembre 2016. C’était à la tribune de la 2ème édition du Forum de la finance islamique en Afrique qui s’est tenue à Abidjan.
Par ailleurs, le Gouverneur de la BCEAO, a souligné «le faible niveau de la finance islamique dans l’espace ouest-africain, l’absence de cadre juridique, fiscal, le faible niveau des compétences et l’insuffisance d’informations au niveau des opérateurs économiques».
Pour remédier à ces insuffisances, la Banque islamique de développement (BID) et le Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG), structure de formation mise en place par la BCEAO se sont accordés récemment. Deux banques islamiques existent dans l’Union économique et monétaire ouest africain (UEMOA) notamment au Sénégal et au Niger.

Cotation à la BRVM de cinq sukuk (obligations islamiques) d’un montant de 766 milliards de FCFA

Toujours en marge de cette rencontre sur la finance islamique, la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) a admis à sa cote, le mardi 18 octobre 2016, les cinq premiers Sukuk émis par la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo sur le marché financier régional de l’UEMOA. Cette première cotation, selon le communiqué de la BRVM, va renforcer l’attractivité et la liquidité de ses obligations islamiques, particulièrement pour les porteurs personnes physiques, tout en assurant le succès des futures émissions des Etats de l’Union.

Faut-il le rappeler, les Sukuk constituent des sources innovantes de financement des économies. Outre les Etats, les Institutions financières et les entreprises du secteur privé peuvent émettre des SUKUK pour le financement des économies de l’UEMOA en vue d’accélérer sa croissance. Pour le Président du Conseil d’Administration de la BRVM, Monsieur Pierre Atépa GOUDIABY, la BRVM a accompli sa mission d’organisation du marché secondaire, en admettant à sa cote, le même jour, cinq emprunts SUKUK, de trois pays différents, émis en monnaie locale, ce qui est une première. Elle confirme ainsi son engagement à accompagner le développement de la finance islamique au sein de l’UEMOA.

A retenir que la Société Islamique pour le Développement du secteur privé (SID), filiale de la Banque Islamique de Développement est le grand artisan de ces opérations avec le concours des Sociétés de Gestion et d’Intermédiation et des Sociétés de Gestion des Fonds Communs de Titrisation. Elle confirme ainsi son soutien au développement de l’Afrique. Pour le Directeur Général de la SID, Monsieur Khaled AL ABOODI : “cette cotation est l’une des plus importantes jamais encore réalisées à travers le monde et la SID est fière d’en être l’un des acteurs”.

Notons enfin que la finance islamique se chiffrerait aujourd’hui à plus de 2000 milliards de Dollars et plus de 40 millions de personnes dans le monde sont actuellement clientes d’une banque islamique. Selon des experts, ce secteur va encore doubler de volume pour atteindre 4000 milliards de dollars en 2020.

Dieudonné Tembely

[email protected]

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here