Trois minutes avec l’ex-chef rebelle Mahamadou Djéri Maïga

Un pur hasard m’a amené à partager un court moment (moins de trois minutes) avec un ex-chef rebelle du Nord, Mahamadou Djéri Maïga, actuel vice-président du Mnla et un des acteurs pour la mise en œuvre des accords de paix au Mali.
Ce lundi 17 octobre 2016, vers 16 h 15 mm, je sors d’une réunion au 3ème étage du ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire. Pressé d’aller récupérer au jardin d’enfants mon petit garçon, je décide d’emprunter l’ascenseur. Je ne suis pas seul devant la machine. Deux hommes font le piquet et conversent en français. Mon regard est attiré par l’un d’eux. Je le regarde et l’identifie immédiatement : c’est Mahamadou Djéri Maïga, le vice-président du Mnla du prétendu «Mouvement de libération de l’Azawad».
Quand nos regards se croisent, d’une voix calme et polie, il me salue (a salam aleykoum). Par respect, je réponds : «Bonjour, vous allez bien ? ». «Alhamdoulilaye», dira-t-il. Moins d’une minute après ces amabilités, l’ascenseur s’ouvre. Il s’y engouffre… et j’en fis de même. Son interlocuteur, en boubou marron, reste à quai. Nous sommes seulement deux à emprunter la machine pour le rez-de-chaussée. L’exiguïté de l’espace nous oblige à faire face-à-face. Je fixe du regard l’homme, engoncé dans un demi-boubou en Bazin de couleur bleu-ciel, coiffé d’un bonnet, deux téléphones portables en main. Le silence est pesant.
Cependant, certaines images taraudent mon esprit : la mort au quotidien de Maliens (civils et militaires) au Mali, les exécutions sommaires de 153 militaires maliens du camp d’Aguelhoc, égorgés ou tués avec une balle dans la tête, le viol de nos sœurs à Gao et Tombouctou, l’occupation des villes du Nord, le coup d’Etat de 1992… Au fait, je faisais un brainstorming de toutes ces monstruosités dont mon pays a été victime ces derniers temps. Je ne cessais de regarder cet homme en face de moi. Cet homme, contre lequel le procureur de la République du Mali d’alors, Daniel Tessougué, lança un mandat d'arrêt international pour «terrorisme, sédition, crimes portant atteinte à la sécurité intérieure de l'État, à l'intégrité du territoire national, l'emploi illégal de la force armée, la dévastation et le pillage public, crimes et délits à caractère racial, régionaliste et religieux, trafic international de drogue».
Cet homme, rappelez-vous, qui avait été arrêté le 16 juillet 2015, puis relâché quelques heures plus tard, à l’aéroport international Houphouët Boigny d’Abidjan par INTERPOL, en possession de 600 millions de FCFA. Cet homme, arrêté aussi en octobre 2015 à Ouagadougou, pour un "supposé" lien avec les putschistes de septembre au Burkina Faso.
Réflexe de journaliste, je n’ai pas pu m’empêcher cependant de m’adresser à l’homme. «Et l’application des Accords de paix, c’est à quel niveau». «C’est difficile, mais nous y arriverons. Bientôt, il y aura la paix In ch’Allah», me répondit-il calmement juste avant que l’ascenseur n’arrive au rez-de-chaussée.
D’un pas mesuré, il sort en premier. Contre toute attente, il me suit et me demande si nous étions en réunion avec le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadou Konaté. J’ai dit : non. «Il m’avait pourtant dit qu’il serait là…», dit-il.
Avant de reprendre ma voiture, je le vois ouvrir de loin, avec sa clé automatique, la portière d’une grosse et rutilante Toyota V8, couleur marron. Le temps que ma «charrette à gasoil» ne chauffe et démarre, je ne cesse de le regarder. Un dernier coup d’œil, je quitte la Cité Administrative avec un sentiment de colère, de haine, de vengeance ; mais aussi de pardon. En tant que simple citoyen malien, je viens de rencontrer un homme qui a pris les armes contre le Mali, qui a fait de la partition du Mali un fonds de commerce, qui plus est, circule librement et j’imagine, bénéficie de tous le confort nécessaire. Qu’ALLAH veille sur mon Mali.
Ibrahim Sory GUINDO

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here