4ème congrès du RPM : Les tisserands déjouent les pronostics

Les militants du Rassemblement pour le Mali (RPM) se  sont retrouvés, les 22 et 23 octobre 2016, pour le 9ème congrès ordinaire de leur parti, dans un environnement serein, polarisé sur la candidature du nouveau président du parti.

Ce rendez-vous a permis au parti de sortir grandi, car l’on ne s’attendait pas à un congrès paisible vue les enjeux qui étaient assez énormes. Et quand l’on sait que ce congrès a été maintes fois reporté. Un rendez-vous qui a fait rebondir le parti du tisserand malgré que les démons de la «division» aient voulu gâcher ce congrès. Des artifices avaient même été utilisés par les nouveaux dirigeants, successeurs d’IBK à la tête du parti, pour étouffer un courant de «rénovation» interne, incarné par Dr Bokari Tréta, favorable à une profonde réforme du parti. Tous les sceptiques qui «prêchaient dans le désert» pour battre en touche le renouveau du parti en ont eu pour leur compte. Quinze ans après, le RPM, parti de dialogue et de tolérance qui était donné pour être à nouveau dans la tourmente lors de ce congrès, a su montrer le bon exemple. Celui du consensus et du dialogue, pour se repositionner comme un parti sur lequel l’on peut compter. Ce parti a connu une saignée importante ces jours-ci au niveau de sa représentation à l’Assemblée nationale, mais cela ne l’a pas du tout ébranlé. Au contraire, cela l’a permis de se renforcer et  les militants parlent désormais le même langage. Mais, le nouveau bureau politique du parti doit s’atteler à recoller les fissures au sein du parti. Cela devrait interpeller le parti pour fédérer toutes les énergies avant la joute électorale à venir, où se jouera, incontestablement, le destin du RPM. Certes, on peut accorder le crédit du débat ouvert à ce parti eu égard à la diversité des candidatures. Et en optant pour ce nouveau bureau consensuel, le top départ est donné pour un renouveau du parti pour l’horizon 2018. Le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, l’un des pères fondateurs de ce parti, lui qui a fait du dialogue la clef de voûte de son combat politique, a regardé, de là où il se trouve, tous ceux qui s’agitaient pour le contrôle de son parti. Lequel parti a énormément gagné du terrain depuis son élection à la magistrature suprême.

Paul N’GUESSAN


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here