RPM : La polémique autour des transfuges

La polémique autour des transfuges du Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti au pouvoir, se poursuit. Une dizaine de députés avait quitté la majorité présidentielle pour rejoindre le mouvement d’opposition ADP/Maliba. Le RPM a déjà accusé ADP/Maliba d’avoir corrompu les déserteurs, en échange d’argent, ce que dément l’opposition.

Le député de la majorité présidentielle, Labass Kané, témoigne personnellement. L’élu de la région de Koulikoro assure avoir été approché à deux reprises par le mouvement d’opposition ADP/Maliba dans une tentative de débauchage, argument financier à l’appui. La première fois, c’était le mois dernier, au lendemain de la Tabaski, alors qu’il rentrait du village.

“Ils m’ont proposé une somme de 50 millions de F CFA avec la clé d’un 4×4. Une fois accepté, on vous remet l’argent en échange de la lettre de démission [du RPM, Ndlr] et de la lettre d’adhésion [ADP/Maliba]. En plus de l’argent, ils disent qu’il y a d’autres avantages après. J’ai refusé, car ce n’est pas honnête, une personne qui fait ça n’a pas de convictions”, assure le député Labass Kané.

Selon le député, ce sont deux transfuges, des députés ayant quitté le RPM pour rejoindre ADP/Maliba, qui lui auraient fait ces propositions. Le député Soïba Coulibaly, député de Kati nommément cité, dément ces accusations.

“Ce n’est pas vrai, c’est faux et archifaux, clame-t-il. Je n’ai vu personne pour aller à ADP/Maliba en lui demandant de prendre un pot-de-vin ou de prendre quoi que soit. Si l’ADP doit donner de l’argent, ce n’est pas à travers moi, je ne suis pas le bailleur d’un parti politique. Si nous avons quitté le RPM, ce n’est pas pour de l’argent, mais par conviction personnelle”.

Avec RFI


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here