Président du parti Sadi, Oumar Mariko, hier face à la presse : « Il faut que la fin du mandat d’IBK soit la fin du mandat du dernier représentant de la dynastie Adema au pouvoir… »

76

Le président du parti Sadi, Oumar Mariko, était face à la presse le mardi 25 octobre, pour expliquer entre autres : le virement de son parti dans l’Opposition, la formation du groupe parlementaire Sadi-AdpMaliba. Selon lui, les Maliens doivent faire en sorte que la fin du mandat d’IBK soit la fin du mandat du dernier représentant de la dynastie Adema au pouvoir depuis 1992.

Oumar Mariko est un homme politique qui a la propension de dire haut ce que les autres murmurent. Selon lui, le régime IBK est un régime de scandales. A le croire le scandale est partout : « quand on regarde l’opposition les partis qui la forment actuellement n’ont brillé que par des scandales ». De 1992 à aujourd’hui, poursuit-il, le pays est dirigé par l’Adema-Pasj et son scandale. « Qu’il soit à l’opposition ou qu’il soit au pouvoir. Toutes les divisions que l’Adema-Pasj a connu et qui ont abouti à la création de différents partis, ont été faites sur des problèmes de poste, d’argent et de personnes », a-t-il affirmé. Avant d’indiquer que : « l’Adema c’est l’Adema, l’Urd c’est l’Adema, le Rpm c’est l’Adema, l’Asma-Cfp c’est l’Adema, le Miria c’est l’Adema, l’Apr c’est l’Adema. Et chacun des responsables de ces partis n’ont respecté la mémoire de mars 1991. Et depuis toujours, cette famille est au pouvoir. Le temps est venu de dévaloriser cette famille-là qui a longtemps sucé le sang des Maliens. C’est une famille de prédateurs sur le dos du pays ».

Oumar Mariko a martelé que : « toute les cartes seront utilisées pour exiger l’alternance au Mali. Il faut aujourd’hui qu’IBK soit le dernier représentant de la dynastie Adema au pouvoir depuis 1992. Il faut que la fin du mandat d’IBK soit la fin du mandat du dernier représentant de la dynastie Adema au pouvoir depuis 1992 ».

Mariko en défenseur

S’exprimant sur un pot de vin des députés « migrateurs » du Rpm vers l’Adp-Mali, le président du Sadi a été on ne peut plus clair : « les 05 députés qui ont quitté le Rpm pour l’Adp-Mali, sont honnêtes ... Et les hommes politiques qui défraient la chronique avec ces accusations n’ont aucune éthique morale en la matière à enseigner à qui que ce soit dans ce pays… Le Rpm a débauché plus de 30 députés dans d’autres partis est-ce-que ces responsables ont-ils donné à chacun d’entre eux 50 millions de FCFA », s’interroge-t-il. Avant de révéler « qu’un membre du Rpm a essayé de corrompre un député Sadi avec la somme de 50 millions de FCFA et une voiture 4X4 afin qu’il quitte le parti Sadi pour le Rpm, mais que ce dernier a décliné l’offre ».

Bref à en croire le député Mariko, l’Adp-Mali et le Sadi ont quitté la majorité présidentielle pour former ensemble un groupe parlementaire, parce que l’Assemblée nationale est l’une des Institutions les plus mal gérées de la République.

Aliou Touré

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here