Des maliens en prison en Mauritanie pour meurtre : Où en est l’enquête ?

Libéré après plusieurs mois passés à la Maison centrale d’arrêt de Bamako, un ancien député de Mopti serait impliqué dans une vieille histoire de meurtre en Mauritanie. Taxé d’être un proche d’ATT, il aurait été interpellé plusieurs fois.

Ce Diarra serait-il au déclin de son parcours ? A-t-il amorcé une descente aux enfers ou une virée dans le paradis ? Des questions qui fusent de partout concernant les travers essuyés ces derniers temps par cet ancien député de Mopti. Selon nos sources, il y a quelques années, un mauritanien aurait été tué puis découpé dans une localité reculée du pays.
L’enquête préliminaire menée après la découverte des restes de la victime aurait tout de suite permis de privilégier la piste d’un crime rituel commis par des Maliens. Cela a bien naturellement indigné l’opinion nationale surtout qu’un député malien qui séjournerait à Nouadhibou aurait été soupçonné d’être l’auteur de ce crime odieux.
Interrogé, à l’époque par les enquêteurs mauritaniens, ce Diarra, d’après les mêmes sources, aurait affirmé se trouver au Mali au moment des faits et de surcroit en compagnie d’un autre ancien député de Mopti. À noter que Yaya Cissé et Yayi Coulibaly suspectés d’être des complices auraient été incarcérés en Mauritanie puis libérés. Ces derniers ayant depuis longtemps quitté le pays en catimini demeurent aujourd’hui introuvables bien que les enquêtes se poursuivent.
Par ailleurs, on apprend que le célèbre footballeur Seydou Kéita aussi n’est pas prêt à renoncer l’affaire qui l’oppose à cet ancien député pour, semble-t-il, escroquerie. Seydou lui avait-il donné de l’argent pour qu’il intervienne (comme émissaire) en sa faveur auprès de Dieu? En effet, tout le monde sait que les personnalités célèbres ont un goût très prononcé pour les pratiques occultes. Elles en raffolent afin de se maintenir en forme ou pour éviter d’être scellées par les rivaux et conjurer les envoûtements des femmes qui les convoitent.
En outre, ce ressortissant de Mopti serait aussi cité dans une autre sale affaire. À l’époque, il bénéficiait d’une double protection celle : de l’immunité parlementaire et le soutien du régime du président ATT qui, lui aussi, est originaire de la région de Mopti.
Il convient de signaler que malgré ses multiples tentatives, notre rédaction qui voulait recouper ces différentes informations n’a jamais pu avoir cet homme dont la réputation a déjà été entamée avec son incarcération à Bamako. Son soi-disant protecteur n’étant plus au pouvoir est-ce la fin de l’impunité dont il bénéficiait ?
Enfin à souligner que cet homme organisait périodiquement des séances dispendieuses de lecture du saint Coran et de prêches à Mopti. D’où venaient ses financements ? Les hommes qui prétendent répandre la parole de Dieu se livrent-ils à des escroqueries ? Font-ils le contraire des idéaux dont ils défendent à travers des harangues ?
La Rédaction

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here