Soumeylou Boubeye Maiga, président de l’ASMA-CFP : «Notre responsabilité historique, c’est de faire en sorte qu’IBK soit réélu en 2018…»

Elu en août 2013 à la magistrature suprême du Mali, le mandat du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita prendra fin en 2018. A exactement 20 mois de ce nouveau challenge électoral, les alliés du parti présidentiel ont tous affirmé leur volonté de faire réélire IBK. Pour le président de l’Asma-Cfp et secrétaire général de la présidence, Soumeylou Boubèye Maïga (SBM), c’est leur responsabilité historique de travailler d’arrache-pied à garantir un second mandat à l’actuel locataire du palais de Koulouba.

A la faveur du 4e congrès du Bureau politique national du Rassemblement pour le Mali (BPN-RPM) tenu le week-end-end dernier (22-23 octobre 2016 au Palais de la Culture Amadou Hampâté Ba), le tigre de la classe politique n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour appeler la famille des Tisserands à s’unir et à travailler pour la réélection du président IBK en 2018.

«Votre congrès se tient à un moment crucial pour le Mali, pour la sous-région et pour le monde parce que la stabilité du Mali détermine aujourd’hui la stabilité dans beaucoup d’autres pays de la sous-région. Mais, votre congrès se tient surtout à 20 mois de la convocation du collège électoral de 2018. C’est cet agenda-là qui doit dicter les responsabilités qui nous incombent à partir de maintenant…», a déclaré d’entrée de jeu Soumeylou Boubèye Maïga.

«Il s’agit des responsabilités de mobilisation, de cohésion et d’unité sans lesquelles nous ne pourrions pas rééditer notre succès de 2013», a ajouté SBM.

Le président de l’Asma-Cfp, n’a pas manqué également de rappeler que l’actuel président de la République IBK a été élu avec plus de 2,450 millions de voix. «Cela veut dire que les suffrages ainsi portés sur lui dépassent les frontières de nos partis. Nous devons donc travailler à remobiliser ce socle-là qui reste intact comme on le constate à chaque fois qu’il (IBK) a l’occasion d’être en contact direct avec les siens. Mais, nous ne pourrions  pas le faire si nous ne sommes pas organisés, si nous ne sommes unis et déterminés», a-t-il poursuivi.

«Notre responsabilité historique c’est de faire qu’IBK soit réélu, même pas pour lui-même, mais surtout pour les tâches qui l’attendent, pour les tâches qui nous attendent. Les enjeux pour le Mali exigent que notre nation reste sur le même rail», a conclu Soumeylou Boubèye Maïga, récemment nommé secrétaire général de la présidence.

Soulignons que, les militants de l’Asma-Cfp et ceux du RPM partagent un long copinage de lutte et d’engagement au service de la démocratie. Et l’Asma-Cfp a été l’un des premiers partis qui a soutenu la candidature d’IBK en 2013.

Aliou Touré


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here