Bande Sahelo-Saharienne : Le trafic de drogue se fait plus discret

La réunion ordinaire du conseil des chefs d’état-major du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cémoc) s’est tenu à Bamako ce vendredi. Grâce au renseignement militaire entre les quatre Etats membres, le trafic de drogue s’estompe

Le Cémoc, composé du Mali, de l’Algérie, de la Mauritanie et du Niger, est une organisation sécuritaire visant à lutter contre l’insécurité sous toutes ses formes dans la bande sahélo-saharienne. Les chefs d’état-major des pays constituant le Comité se sont réunis à Bamako le 28 octobre pour faire le point de la situation.
Le chef d’état-major du Mali et président du conseil des chefs d’état-major du Cémoc, le général de division Didier Dackouo, a salué l’engagement des pays membres du Comité pour le succès de ses missions. Depuis sa création, le Cémoc a permis aux 4 pays membres d’unir leurs efforts en matière de renseignement militaire pour lutter efficacement contre le banditisme, le terrorisme et le trafic de drogue dans leurs frontières communes.
Il a rappelé à ses homologues que les attentes du Mali restent grandes à cause de sa situation géographique. Il les a assurés de la disponibilité de son pays à tout mettre en œuvre pour la bonne marche du Comité et la réussite de ses missions.
Le chef d’état-major de l’Algérie, le général-major Zerrad Chérif, a précisé que depuis la création du Comité, les opérations ont permis une meilleure sécurisation des frontières. Il a interpellé les pays membres à plus d’engagement pour faire face à la menace commune, le terrorisme et à redoubler d’efforts pour renforcer les acquis.
La création du Cémoc a permis, selon le général de division Hanana Ould Chérif, chef d’état-major général des armées adjoint de la République islamique de Mauritanie, de pérenniser la confiance entre les forces de défense et sécurité des pays. Elle a aussi contribué à la réduction du trafic de drogue.
Compte tenu de la situation géographique du Niger, le représentant du chef d’état-major général des armées nigériennes a attiré l’attention des autres pays du Cémoc sur la multiplicité des fronts auxquels Niamey fait face. Il a demandé au conseil de prendre des initiatives fortes au sein du Comité pour une meilleure lutte contre le terrorisme et le banditisme frontaliers.
La Mauritanie a succédé au Mali à la présidence du Cémoc.

Youssouf Coulibaly

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here