Oumar Mariko à l’opposition

Début des révélations sur les accointances réelles entre IBK et l’ex junte d’Amadou Haya Sanogo, la Haute Cour de Justice se saisira-t-elle du dossier ?

Surnommé l’enfant terrible de la politique malienne par bon nombre d’observateurs, l’élu de Kolondiéba, l’honorable Oumar Mariko, s’est désormais revêtu de son manteau originel d’opposant au régime d’IBK après trois ans d’accompagnement. Sa démission de la CMP a moins surpris que son maintien dans cette mouvance pendant plus de trois ans en dépit des errements et de la gestion cavalière et solitaire du pouvoir par le RPM. Aujourd’hui, il semble prendre son courage à deux mains pour sortir non pas sur la pointe des pieds, mais avec fracas et dignité. Il a déjà commencé le grand déballage et promet même d’empêcher IBK de rempiler pour un second mandat à la tête du pays. Mariko aura-t-il les moyens de sa politique ? Pourra-t-il faire la paix avec ses ennemis d’hier, Soumaila Cissé, Tiébilé Dramé, Modibo Sidibé, aujourd’hui animateurs de l’Opposition pour réaliser ensemble une union sacrée afin de battre IBK en 2018 ?

La sortie de la CMP des deux figures emblématiques de soutien à IBK qui avaient bataillé bec et ongle pour son élection en 2013, Amadou Thiam de l’ADP-Maliba et Oumar Mariko du SADI, semble annoncer le début d’un orage politique, prélude d’une longue et périlleuse traversée du désert du régime IBK en 2018. Les fanfarons et autres zélateurs du Président IBK et de son régime font de toutes les démissions des non événements. Sans chercher à arrêter la saignée, ces opportunistes jettent plutôt le pavé dans la marre déjà marécageuse en stigmatisant les démissionnaires et en les traitant d’oiseaux de mauvais augure. Ces opportunistes d’un jour nouveau auraient-ils des agendas inavoués en jetant en pâture IBK ? Ils ne lui font pas œuvre utile en se livrant à des comédies de Molière sur les raisons du départ des 4 députés du RPM sur les médias nationaux comme internationaux. Par cet acte d’une immaturité politique caractérisée, les cadres du RPM ont désormais ouvert une véritable boite à pandore où leurs nouveaux adversaires se sont engouffrés.

L’honorable Mariko, connu pour ses diatribes vexatoires et acerbes, se sent à l’aise sur un tel terrain. Comme une réponse du berger à la bergère, l’honorable Mariko a répliqué à son collègue député Moussa Tembiné, président du Groupe parlementaire RPM, qui a dénoncé le départ des quatre députés RPM pour l’ADP-Maliba et a même affirmé qu’il détiendrait des preuves à l’appui de ses allégations que les démissionnaires auraient pris chacun 50 millions de F CFA. Ce qui fit sortir Mariko de sa réserve qui a tout nié en bloc et dit n’être pas au courant d’un tel marchandage éhontée. Il ajoutera que le RPM était très mal placé pour donner une leçon de morale et d’éthique politique aux autres, lui qui a débauché plus d’une vingtaine de députés pour se trouver de 60 au début de la législature à 80 députés aujourd’hui. Ont-ils eux aussi reçu ces fameux 50 millions chacun, s’est-il interroger ?

L’honorable Mariko ne s’est pas limité à cette seule dénonciation, il a également étalé au grand jour la nette connivence du Président IBK avec la junte militaire de Kati. Une accointance qui lui aurait valu d’être là où il est aujourd’hui. Cette confirmation d’un des caciques d’hier, pour bon nombre de démocrates, parait être une preuve solide que ses adversaires politiques pourraient utiliser contre IBK pour l’affaiblir davantage s’ils ne demandaient tout simplement pas que la Haute Cour de Justice s’en saisisse du dossier pour haute trahison.

En somme, tout porte à croire que l’honorable Mariko est loin d’avoir livré tous ses secrets sur IBK, son régime et tous ses affidés, à commencer par les députés qui ont transformé l’hémicycle en un haut lieu de Buisines Center. Les mois à venir risquent d’être décisifs pour le régime IBK qui semble avoir totalement perdu la boussole.

Youssouf Sissoko

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here