Pour non paiement de leurs factures: Le ministre Boubou Cissé jeté bas par les opérateurs économiques!

En vue de dénoncer les agissements du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé qui refuse de payer leurs factures, les opérateurs économiques regroupés en association ont animé une conférence de presse, le samedi 22 Octobre 2016 dans la salle de conférence de la Chambre des Commerces et d’industrie du Mali (CCIM). Face au refus catégorique du ministre Boubou Cissé, d’acquitter leur dû, les fournisseurs et opérateurs économiques réclament son départ et interpellent le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta.

Pour une deuxième fois, les opérateurs économiques fournisseurs de l’Etat étaient devant les hommes de médias, le samedi 29 octobre dernier, à la Chambre des Commerces et d’Industrie du Mali (CCIM) où ils ont animé une conférence de presse. Objectif : dénoncer les agissements du ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, qui refuse de payer le reliquat de la dette intérieure qui s’étend sur la période de 1995 à 2012.
Pour la présidente de l’Association des Fournisseurs et Opérateurs Economiques du Mali (AFO Mali), Oumou N’diaye, cette décision du ministre Boubou Cissé est sans fondement et inacceptable pour eux.
« A cause des impayés de factures, certains d’entre nous ont été emprisonnés par leurs banques, les biens de certains ont été saisis, certains ont perdu leur épouse, tandis que, d’autres sont partis en exil sous la pression des banques. Malgré tout, on nous fait passer pour des voleurs » déclare-t-elle, avant de renchérir : « le ministre Boubou Cissé n’est pas au dessus de la loi et nous nous battront jusqu’au dernier souffle pour obtenir gain de cause. »
Selon les responsables du collectif, les arguments avancés par le ministre Boubou Cissé, arguments selon lesquels « certaines factures ont été déjà payées et d’autres non conformes », sont faux et non fondés, car, toujours d’après leurs propos, bien avant l’arrivée du ministre Boubou Cissé à la tête du département des finances, sur initiative du gouvernement et de commun accord avec les partenaires financiers, une commission avait été mise en place. Cette commission, dira Mohamed Bah, secrétaire général de AFO Mali, a produit des termes de référence déterminant les critères de paiement des factures. C’est, dit-il, sur la base de ces termes de référence que le cabinet d’audit international, EGCC, sur instruction du gouvernement et de ses partenaires, a audité les dossiers dont une partie a déjà été réglé par Boiré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra, les deux prédécesseurs de Boubou Cissé.
D’où l’incompréhension, des opérateurs économiques face au refus du ministre.
Dans un mémorandum, les opérateurs économiques ont énoncé 7 points de revendication. Ils s’opposent, entre autres, au retranchement de 40% de leur argent, condition imposée par le ministère des Finances, au changement des critères fixés au départ et sur la base desquels, une partie de la dette intérieure a été épurée. De même, dans ses revendications, le collectif exige le respect des termes de références fixés par le gouvernement et les partenaires financiers et s’opposent à toute modification de la liste de paiement des projets et des EPA.
Pour plus de transparence, les responsables de l’AFO Mali, demandent aussi à être associés aux travaux de la commission.
Ils lancent un ultimatum au ministre Boubou Cissé lui enjoignant de les mettre dans leurs droits dans un délai de 45 jours, à compter du lundi 31 octobre. Sans quoi disent-ils, ils seront contraints d’user de tous les moyens légaux à leur disposition pour se faire entendre.
« S’il nous faut faire partir le ministre Boubou Cissé, nous allons le faire partir » a menacé un des responsables du collectif.

Par Moïse Keïta

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here