Situation sécuritaire à Bamako et environs : Une batterie de mesures pour rassurer la population

Les forces de sécurité ont déjà procédé à de nombreuses interpellations. Des investigations sont en cours pour mettre la main sur les auteurs des braquages du poste de péage de Sanankoroba et de l’agence principale d’Ecobank

Quelques jours après l’attaque du poste de péage de Sanankoroba et le braquage au niveau de l’agence principale de Ecobank, les autorités ont pris une batterie de mesures sécuritaires afin de rassurer davantage la population de Bamako et environs. Ces différentes mesures ont été portées à la connaissance de la presse, vendredi dernier, à la faveur d’un point de presse tenu au ministère de la Sécurité et de la Protection civile. La rencontre était animée par le commissaire principal de police Bakoun Kanté, conseiller technique au département en charge de la sécurité et non moins chef de la Cellule de coordination des opérations.

Selon Bakoun Kanté, après les deux évènements malheureux de la semaine dernière, les dispositions sécuritaires au niveau de la capitale et de sa périphérie ont été renforcées.

Concrètement, a-t-il ajouté, les forces de sécurité ont reçu pour missions lors des patrouilles diurnes et nocturnes – en plus de ce qui est leur mission principale – de procéder à l’interpellation de toute personne suspecte ; de contrôler l’identité des personnes interpellées ; de contrôler à tout instant tous les véhicules sans plaque d’immatriculation (communément appelés CH) ou les véhicules dont les numéros d’immatriculation sont illisibles.

Les forces de sécurité procèdent à l’interpellation des occupants des engins suspects ainsi qu’à la mise en fourrière systématique de ces véhicules, a détaillé le commissaire principal Kanté.

Aux dires du chef de la Cellule de coordination des opérations, 3 check-points ont été érigés au niveau des 3 ponts de Bamako. Au niveau de ces check-points, il est procédé – à partir de 22h00 ou minuit – à des contrôles et fouilles auxquels même des porteurs d’uniformes doivent se soumettre car entrant dans le cadre de la sécurité de toute la population, a expliqué Bakoun Kanté.

Pour le conférencier, sont également dans le viseur des policiers, gendarmes et gardes ceux qui sont couramment appelés les auteurs des supports à 3, 4 ou plus des engins à 2 roues. Nuitamment aussi, a-t-il rappelé, on a remarqué que les bandits, les malfrats sont à 3 ou 4 sur des motos, juste dans l’intention que s’ils braquent un usager, l’un d’eux descend pour aller avec la moto de la victime.
Le commissaire de police Kanté a aussi profité de l’occasion pour informer les hommes et femmes de médias que depuis quelques nuits il y a eu des interpellations qui sont au niveau des commissariats de police territorialement compétents de même que dans des brigades de Gendarmerie. Et Bakoun Kanté d’ajouter que juste avant ces interpellations la police avait fait la situation des nids criminogènes de Bamako et la Gendarmerie en a fait de même pour la périphérie de la capitale.

« Toutes les forces de sécurité – à savoir la Police, la Gendarmerie, la Garde – sont engagées présentement, de jour comme de nuit, pour rassurer davantage la population de Bamako et environs. Ces actions étaient en cours depuis quelques temps mais elles ont été renforcées avec les deux événements malheureux que nous avons connus récemment », a résumé le commissaire principal de police.

Le conseiller technique au ministère de la Sécurité et de la Protection civile a, pour conclure, annoncé que les directeurs de la Police et de la Gendarmerie rencontreront très bientôt les médias pour leur fournir plus d’informations sur la situation sécuritaire.

Après l’annonce des mesures de sécurité, les forces ont engagé une patrouille d’envergure samedi soir. Ces opérations ont mobilisé les éléments de la Police, de la Gendarmerie, la Garde. Même les forces spéciales ont été mises à contribution. Au cours de cette patrouille, les forces de sécurité ont procédé à l’interpellation de 120 individus dont deux jeunes gens en possession d’armes et d’une importante somme d’argent. Ces deux suspects ont été appréhendés à Bacodjicoroni.

Pour ce qui concerne les auteurs du braquage devant l’agence principale d’Ecobank, ils n’ont pas encore été arrêtés. S’ils courent toujours, assurent nos sources, ce ne sera pas pour longtemps, car les forces de sécurité en possession d’indices concordants, pourraient leur mettre le grappin dans peu de temps. Les investigations ont permis de découvrir que la plaque d’immatriculation de la voiture à bord de laquelle les bandits ont pris la fuite, était volée dans un garage.

Les enquêteurs sont en train d’éplucher les images des cameras de surveillance et bien d’autres indices qui les conduiront à ces braqueurs audacieux qui, en plein jour et en plein centre de la capitale, ont tiré sur un jeune homme et emporté son sac contenant une importante somme d’argent.
La brigade de recherche a réussi à localiser le nommé Bakara qui a été cité dans l’assassinat du sergent Amadou Sanogo du 3è arrondissement le 22 avril 2016.

Lors de son interpellation hier, il a tiré sur les policiers qui ont riposté. Blessé, il a été transporté à l’hôpital Gabriel Touré où il est finalement décédé.
M. SIDIBÉ

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here