Action gouvernementale : le Ministre du développement industriel prouve sa compétence

Mohamed Aly Ag Ibrahim : « Il n’y a pas de développement possible sans industrialisation »

     La grande interview de nos confrères de l’ORTM n’avait d’autre invité que le Ministre du Développement industriel Mohamed Aly Ag Ibrahim. Comme ses homologues qui l’ont précédé sur la chaine de l’émission, l’un des jeunes Ministres de la République a pu brillamment se sortir d’affaire.

D’entrée de jeu, la question a été mise sur sa nomination et la création même de son département, une première. Mohamed Ali Ag Ibrahim a aussitôt révélé que le retard que connait le Mali trouve son explication dans le fait que ce département n’existait pas. Il a insisté sur l’idée du président de la République d’avoir créé le département.   Aussi, il ne voit rien d’extraordinaire dans sa fonction de Ministre, l’essentiel, dit-il, c’est de servir la cause nationale ,

Face à ses deux interlocuteurs, Mohamed Ali Ag Ibrahim a tenu la draguée haute sur le plan technique et pratique. Selon le ministre, c’est l’industrie qui crée la richesse. Au de la même du Mali, le ministre a montré qu’il est imprégné de la situation même de nos pays voisins parce que la concurrence est rude. Avec 2% de taux de transformation industrielle, Mohamed Ali Ag Ibrahim compte changer positivement la donne d’ici 2018.

Prévisions : nos matières premières ne suffisent pas. J’ai opté pour la diversité des secteurs.

Ses relations avec les relations industrielles

« Mes rapports avec les industriels maliens sont cordiaux, des rapports basés sur l’écoute et les propositions visant à améliorer le secteur.

La réduction de la TVA de 5% sur les matières premières consignées dans le livre blanc. Et selon le Ministre : « Si le livre blanc contient des propositions qui ne violent pas les principes du département, nous nous en servirons »

  « La difficulté des industries » Le kWh devrait être vendu à 30F. selon les précisions du Ministre, le Mali est entre 55 et 110F le kWh, ce qui ne favorise pas la compétitivité et la concurrence.  Il dit être à l’œuvre pour que les industries sortent la tête de l’eau. Il faut qu’il y n’ait de la compétitivité de entreprises industrielles, c’est un aspect très important pour le développement économique et la création d’emplois. Ce travail se fait dans un esprit gouvernemental avec son homologue de l’Energie et des Mines.

Une des promesses de campagne du candidat IBK, c’était l’huicoma : le ministre a précisé que l’huicoma est à l’étude et que le travail souterrain qui est en train de faire ne saurait être dévoilé avant la fin des expertises.

« Comment investir au Mali ? » le Ministre répond avec aisance en faisant ressortir l’affluence des multinationales. La crise sécuritaire n’entrave en rien la venue des investisseurs industriels car tous les Etats du monde traversent cette fragilité sécuritaire. Il a même récemment rappelé sa visite au Nord du Mali avec des entreprises industrielles prêtes à s’installer.

« La légalité doit être de mise, que les industriels soient respectueux des normes internationales », a insisté le Ministre : « Nous faisons partie d’un espace CEDEAO qui compte environ 280 millions de populations, donc l’écoulement pour les produits de qualité ne pose pas problème. Nous édictons des normes et ce n’est pas parce que nous appartenons à un même espace que tout est permis. »  Les efforts du Ministre sont nombreux, il a réussi à lever l’interdiction de l’exportation de l’aliment bétail grâce au concours du Ministre du commerce. Le ministère du développement industriel est structuré permettant de gérer des questions spécifiques et souvent même au niveau interministériel.

Un Ministre haut de gamme, qui a plusieurs fois esquiver les pièges des journalistes. Il s’est dit convaincu que dans les régions du Nord il est possible d’installer des unités industrielles. En se rendant au nord, il dit avoir partagé des projets, trouvé des adhésions et espère les concrétiser.

« Que les PME prennent de l’avant en s’intéresser au développement industriel, il n’y a pas d’étanchéité entre les départements, l’essentiel est que l’objectif global soit atteint. » a conclu un Ministre sourire aux lèvres.

Badiala Keita 


Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here