12è Grande commission mixte Mali-Algérie : Raffermir davantage la coopération

Experts maliens et algériens travaillent à finaliser une série d’accords portant sur divers domaines prioritaires de développement.

Donner un vigoureux coup d’accélérateur à la coopération entre l’Algérie et notre pays, tel est l’objet de la 12è session de la grande commission mixte de coopération qui se tiend aujourd’hui au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine. Elle se tiendra sous la co-présidence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine Abdoulaye Diop et de son homologue algérien Ramtane Lamamra. Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine, cette rencontre vise à donner une dynamique nouvelle aux “excellentes relations” de coopération entre le Mali et l’Algérie. Le communiqué ajoute que la grande commission mixte de coopération va examiner les voies et moyens pour un renforcement de la coopération dans de nombreux secteurs. En prélude aux travaux d’aujourd’hui, les experts algériens et maliens, venus des différents départements ministériels concernés par les projets en cours de discussion, ont mis la dernière main à une pile de conventions.

La session de Bamako se tient, plus d’un an après le parachèvement du processus de dialogue inclusif inter-malien que l’Algérie a accueilli de juillet 2014 à juin 2015. La signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale le 15 mai et le 20 juin 2015 a favorisé le retour de notre pays dans le concert des nations. Ces liens d’amitié et de fraternité ont été relevés par les deux intervenants de la cérémonie d’ouverture présidée par le directeur Afrique du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine, Bocary Coulibaly. Celui-ci a fait remarquer que les deux pays partagent une histoire presque commune surtout quand il s’est agi de libérer les deux peuples du joug colonial. Son homologue algérien qui était accompagné d’une forte délégation a insisté sur l’urgence pour les deux pays de reserrer les rangs pour raffermir la coopération sectorielle. Il n’a pas manqué de remercier son vis-à-vis pour l’accueil réservé à sa délégation. Corroborant l’analyse de son homologue sur la qualité des relations, le diplomate algérien s’est dit convaincu que les projets en discussion, permettront de donner un coup d’accélérateur au développement de notre pays. Le Mali, pays en période post-crise a, en effet, besoin d’accompagnement et d’expériences nouvelles dans tous les domaines. C’est justement pourquoi, l’éventail des secteurs a été élargi au maximum : l’économie, les finances, la culture, l’enseignement, la recherche scientifique, la formation professionnelle, les transports, les affaires religieuses, les télécommunications, l’artisanat et le tourisme, la défense et sécurité, l’agriculture et élevage…

A. M. CISSE


Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here