Élections municipales du 20 novembre 2016 : Les acteurs rassurent les Maliens

Pour les élections municipales du 20 novembre 2016, c’est environ 4121 candidatures, 7 249 346 électeurs pour 21 537 bureaux de votes qui seront au rendez-vous.

L’information a été donnée au cours d’un point presse que le Ministère de la Décentralisation, des Collectivités Territoriales et de la Reforme de l’État a tenu dans ses locaux, le samedi dernier, en vue d’éclairer la lanterne des candidats et des électeurs sur l’état d’avancement des préparatifs des élections communales en perspective. C’était sous l’égide du Secrétaire général du département, qui avait à ses cotés le Directeur National de l’Administration du Territoire, M. Allaye Tessougé ; Mme Diallo Salimata Ouattara, chargée de communication, et des membres du Comité de pilotage pour le bon déroulement des dites élections.

Ces derniers temps, la question d’organisation des élections communales a fait l’objet de beaucoup de débat. En outre, la situation sécuritaire du Mali avait plongé la population malienne dans l’incertitude, en ce qui concerne la tenue des dites élections. Du coup, cette rencontre sur l’état d’avancement des préparatifs sur les élections communal est venue à point nommé. En ce sens, que les candidats et les électeurs retrouvent l’espoir perdu.

Le Directeur national de l’administration du territoire, dans ses propos liminaires, s’est tout d’abord penché sur les innovations apportées à la loi électorale. Il s’agit de l’institution du suffrage direct à l’élection du conseil communal ; la prise en compte des dispositions de la loi instituant les mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives relative à la loi 052 sur le genre ; l’extension de la possibilité d’organiser les élections à des dates différentes en cas de nécessité à toutes les élections de collectivité territoriale. S’y ajoutent, l’interdiction de toute campagne électorale dans les lieux de culte et l’interdiction des pratiques publicitaires à caractère politique.

Selon lui les préparatifs des élections vont bon train. Pour preuve, Un comité de pilotage composé des commissions a été mise en place, dont la Direction générale des élections et les partenaires techniques et financiers font partis. Il s’agit, entre autres, de la commission logistique ; la commission technique ; la commission finance ; celle de la sécurité ; de l’administration et de la formation et la commission communication et information.

Aussi, il a indiqué que les communales dont on parle, devraient coïncider, normalement, avec le pèlerinage des chrétiens qui avait été prévu pour ce 20 novembre 2016. Pour ce faire, des négociations ont fait que le pèlerinage a été décalé pour les 21, 22 et 23 novembre 2016. « Le coût de l’élection des conseillers communaux s’élève à 12 ,028 milliards FCFA, dont le PAPEM intervient à hauteur de 5,902 milliards de nos francs. Uniquement aux activités spécifiques du département en charge des questions électorales », a-t-il évoqué.

Avant d’ajouter que les, campagnes se dérouleront du 4 au 18 novembre prochain.

Ensuite, le Directeur national de l’administration du territoire a déclaré que les électeurs sur le plan national sont au nombre de 7 249 346 pour 21 537 bureaux de votes, dont 4121 candidatures reparties entre les indépendants au nombre de 125, les groupements des partis politiques 1416 et 2581partis politiques dans les 703 communes du Mali

Cependant, il a précisé qu’on compte à Kayes 723 candidatures ; 871 à Koulikoro ; Sikasso 974 ; Ségou 661 ; Mopti 495 ; Tombouctou 189 Gao 62 ; Kidal 2 et enfin Bamako 145 candidatures, dont 324 recours et 28 annulations.

Pour des raisons d’opérationnalisation, il a déclaré qu’il n’y a pas de candidature dans les régions de Ménaka et Taoudéni. Avant de conclure : « Pour la sécurité en vue d’une élection apaisée, la commission sécurité travaille sans relâche pour l’élaboration du cadre d’ordre des opérations relatives à la couverture sécuritaire des communales 2016. Bien plus, un plan d’action intégré est en cours de conception, en étroite coordination avec la MINUSMA et les autres partenaires au processus électoral.

Adama Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here