PMU-Mali : Attention, les spéculateurs rodent autour !

Le PDG de l’imprimerie BEBE- Sarl, Harouna Bagayogo, est monté au créneau pour dénoncer l’attitude de certaines personnes, qu’il accuse de faire de la spéculation sur le prix de revente des programmes du Pmu-Mali. C’était mardi dernier, à la faveur d’une conférence de presse qu’il a animé dans les locaux de l’imprimerie BEBE-SARL, sise au quartier du fleuve.
En effet, il s’agissait pour Harouna Bakayogo, fondateur et Président Directeur Général de la société « BEBE-SARL » d’attirer l’attention des responsables de la Direction du Pari Mutuel Urbain (PMU) sur ce qu’il a qualifié de fraude de la part de certains individus peu honorables. « Depuis 2001, j’ai crée cette entreprise dans le but de faciliter l’obtention des programmes de la course PMU-Mali aux populations de Bamako.
Cette initiative m’est venue en constatant l’affluence et les longues files qu’ils y avaient à chaque publication des programmes », s’est-il exprimé. Et de continuer pour donner des détails sur la qualité, le prix et le mode de dispatching des programmes : « BEBE et TELIMANI ». Les deux journaux tirés à 10 000 exemplaires, et conçus en quadrichromie (5 couleurs pour BEBE et 3 pour TELIMANI) se vendent aux jeunes revendeurs à 30 FCFA qui à leur tour les revendent à 35 FCFA aux revendeurs dans les Kiosques partout à Bamako, a-t-il précisé.
Selon Harouna Bakayogo, c’est avec l’aval des responsables du PMU- MALI qu’il a fixé le prix de vente des ses programmes à 50 FCFA, partout sur l’étendue du territoire malien. Mais le hic, constate-t-il, est que depuis quelques moments déjà, des individus, en majeur partie de la Rive Droite du District de Bamako, revendent l’unité des programmes à la somme de 75 FCFA au lieu de 50 FCFA comme fixé par la loi qui réglemente le secteur. Conséquence : les populations sont perdues et ne savent plus à quel saint se vouer. Toute chose qui, selon lui, nuit considérablement à son activité, qu’il exerce en toute légalité.
Les taxes et autres payées aux impôts sont là pour témoigner de la légalité de ma société. contrairement à ces personnes de mauvaise foie, a-t-il souligné. A la question de savoir s’il a porté une plainte contre x, notre hôte du jour répondit que oui. « Lorsque j’ai été informé et pris connaissance de cette forfaiture, j’ai saisi à travers mon avocat, le commissariat du 4ème Arrondissement de Police. Le Procureur de la Commune VI du District de Bamako a donc pris le dossier en main. Cette démarche a dû dissuader les faussaires qui ont mis d’abord en sommeil leur salle besogne », a-t-il lâché.
Pourquoi donc avoir organisé cette conférence de presse ? En réponse à cette question, le PDG de l’imprimerie BEBE-Sarl qui emploierait directement plus d’une dizaine d’hommes et femmes et indirectement une centaine de jeunes maliens dira que, c’est une manière pour lui d’informer les plus hautes autorités afin que des mesures soient prise pour que ceux qui n’ont aucune autorisation et qui ne payent aucune taxe à l’Etat soient mis hors d’état de nuire. C’est aussi et surtout pour informer les populations sur le fait que le prix du programme n’a pas changé et reste toujours à 50 FCFA, comme initialement fixé, a-t-il conclu.
A.T

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here