Le football malien règle ses comptes à Zurich, en Suisse La Fifa refuse de recevoir le ministre des Sports en l’absence du président de la Femafoot

403

La Fifa a refusé de recevoir le ministre des Sports Housseini Amion Guindo et sa délégation, le lundi dernier, en l’absence du président de la Fédération malienne de football, Boubacar Baba Diarra. C’est ce dernier qui lui a finalement ouvert la porte de l’instance dirigeante du football mondial, en effectuant le voyage avec son secrétaire général, Yacouba Sidiki Traoré. Quelle humiliation ! Au cours de l’audience, les responsables de la Fifa ont réaffirmé leur soutien à Boubacar Baba Diarra et mettent en garde le ministre Poulo sur le respect du mandat du Comité exécutif de la Femafoot. Pour la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire, la Fédération a proposé la date du 29 novembre prochain.

On tend désormais vers la fin de la crise au sein de la grande famille du football malien. La Fédération internationale de football association (Fifa) vient une fois de plus de réaffirmer tout son soutien au Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par l’Inspecteur Général Boubacar Baba Diarra et met en garde le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, par rapport à une suspension du Mali dans les activités du football de la Fifa et de la Caf. Du coup, le rêve du ministre des Sports pour le retrait de la délégation de pouvoir à la Femafoot a été, tout simplement, brisé au sortir de la rencontre avec la secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura, et  son équipe, notamment le chef du département des associations, Primo, le mardi dernier à Zurich, en Suisse.

Lors de cette rencontre, le Ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, était accompagné par deux de ses conseillers : Messieurs Yalcoué et Fomba ainsi que le directeur national des Sports et de l’Education Physique, Mahamadou Sidibé.  Le hic est que  Poulo et sa délégation sont partis en catimini à Zurich sans pour autant avertir le Président de la Femafoot. Du coup, la Fifa a refusé de recevoir la délégation ministérielle en l’absence de Boubacar Baba Diarra. Il a fallu que l’instance dirigeante du football mondial demande l’accord du patron du football malien avant de lui envoyer deux billets d’avion pour qu’il effectue le déplacement avec son secrétaire général, Yacouba Sidiki Traoré. Voilà comment Boubacar Baba Diarra a pu ouvrir la porte de la Fifa au ministre des Sports. “J’ai accepté de faire le déplacement parce que tout simplement c’est un ministre de la République du Mali. Je ne voulais pas qu’il soit humilié devant la Fifa. C’est tout. Sinon, je n’étais pas obligé de me rendre à Zurich” nous a confié Boubacar Baba Diarra, depuis Zurich.

Lors de l’audience, les responsables de la Fifa ont été très clairs quant au mandat impératif de l’actuel président de la Femafoot. Ils ont dit à qui veut l’entendre que “le reste du mandat de Baba Diarra est inattaquable et si le ministre des Sports retire sa délégation de pouvoir à la Femafoot, la Fifa suspendra 1 heure après le Mali de toutes les activités du football”. Pour aller plus loin, ils ont précisé aussi que “la FIFA compte 211 associations membres et que si le Mali est suspendu cela ne pourra rien changer”.

S’agissant de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS), les responsables de la Fifa ont expliqué au Ministre Poulo que : “Le TAS est un tribunal. Son rôle est de dire le droit aux deux parties concernant un litige”. C’est dire que la maison du football, c’est d’abord la Fifa et non le TAS.

Pour une sortie définitive de cette affaire, la Femafoot a proposé la date du 29 novembre prochain à la Fifa pour la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire. Ce qui a été d’ailleurs accepté.

En tout cas, le ministre des Sports et sa délégation sont sortis de cette audience la tête basse. Le président de la Femafoot et son secrétaire général, quant à eux, étaient tous simplement à l’honneur. “Je suis aujourd’hui un président comblé au sortir de cette rencontre à la Fifa. Je pense que c’est désormais la fin de cette crise” nous a confié Boubacar Baba Diarra dès son arrivée à l’aéroport, le mercredi soir.

C’est dire que le rêve du retrait de la délégation de pouvoir à la Femafoot par le ministre des Sports est  donc brisé. Selon nos sources, il était parti à Zurich dans l’intention de défendre cette feuille de route avec la Fifa, après avoir fait une communication verbale sur ce sujet lors du Conseil des  ministres du 18 octobre dernier.

“Pour éviter tous ces désagréments au football malien, qui connait du reste des résultats probants ces dernières années, le département des Sports suggère le retrait de la délégation de pouvoir conformément à l’article 49 du Décret N°98-215/P-RM du 2 juillet 1998 régissant les activités physiques et sportives et l’article 5 de l’Arrêté N°98-1574/MS-SG du 28 septembre fixant les conditions d’attribution et de retrait de la délégation de pouvoir aux fédérations sportives.

Ensuite, le département procédera à la mise en place d’un Comité provisoire avec un mandat précis pour lequel l’expertise de la Fifa pourrait être sollicitée” précise Housseini Amion Guindo dans sa communication au Conseil des ministres.

En tout cas, le Président de la Fédération Malienne de Football, Boubacar Baba Diarra a décidé de rompre le silence. Il sera face à la presse ce vendredi à partir de 10 h.

                                A.B. HAÏDARA

 

Ce qui s’est réellement passé à Zurich

Poulo a promis de démissionner

elon nos sources, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, a promis de rendre le tablier dès son retour à Bamako. En d’autres termes, il va rendre sa lettre de démission du gouvernement. Parce que tout simplement, il a été coincé dans les débats avec les responsables de la Fifa. Le hic est que son projet du retrait de la délégation de pouvoir à la Femafoot  est désormais un mauvais souvenir, sauf s’il veut que le Mali soit suspendu des compétitions internationales. Ce qui est différent de l’avis du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, qui s’est dit toujours fier de la performance du football malien depuis son arrivée à la tête du Mali. Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que le Ministre Poulo n’arrive pas à digérer le fait que le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé, ait pu gérer cette crise en 48 heures seulement. Donc, le souhait de Poulo n’est autre que de créer un problème au football malien. Il ne veut donc pas que cette crise finisse. C’est pourquoi, il essaye à chaque fois de mettre le Président IBK dans les erreurs. Comme disait l’autre, “tant que Poulo est ministre, votre crise ne finira pas”.

Yeli Sissoko, l’invité du Ministre Poulo bloqué à la porte et humilié

nvité  par le ministre des Sports à se rendre en catimini à Zurich, l’ex-président de la Commission centrale des Finances de la Femafoot, Yeli Sissoko, n’a pas participé aux débats. Il a été carrément bloqué devant la porte, malgré les insistances du Ministre Poulo. Et les responsables de la Fifa ont été catégoriques : “Si vous voyez que nous avons reçu vous en tant que ministre, c’est  vraiment grâce au Président Diarra. Sinon, nous on ne vous connait pas à plus forte raison Yeli Sissoko. Donc il ne sera pas reçu par nous“. Ce n’est pas tout. Le ministre ne cessait de défendre les causes des gens suspendus, notamment Boubacar Monzon Traoré, Madou Sow et Cheick Kanté, comme étant toujours les présidents des ligues de Bamako, Ségou et Kayes. Sur ce sujet, la réponse de la Fifa a été aussi claire : Nous ne connaissons pas ces gens-là. Ce n’est pas les ligues qui nous intéressent. C’est plutôt le Comité exécutif de la Femafoot qui est notre interlocuteur”.

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here