Le basket honoré à travers ses icônes

Illustre serviteur du sport malien, singulièrement du basket, Abdallah s’est éteint dans l’après-midi du dimanche 29 mai 2011 à 65 ans. Magistrat émérite, Abdallah Mahamane Haïdara a été aussi un grand artisan du développement du basket-ball malien. Longtemps resté dans l’ombre de Hamane Niang comme vice-président (2011-2006), cet inspecteur des services judiciaires à la retraite occupait la présidence de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) depuis 2010.

Le regretté président a consacré une grande partie de sa vie à la pratique et au développement du sport au Mali voire en Afrique. Sportif polyvalent, Abdallah était champion sur 5 000 m, handballeur et basketteur. Dans ces deux dernières disciplines, il évoluait tantôt avec le Club Olympique de Bamako (COB), tantôt avec la Jeunesse Sportive de Kati. À l’époque, les licences n’étaient pas exigées et la liste des joueurs était seule valable. Adroit, talentueux, le regretté basketteur était omniprésent sur le terrain comme meneur ou ailier. Sans compter qu’il s’était également beaucoup illustré dans l’arbitrage au niveau de la balle au panier. Devenu arbitre international en 1958 (Licence N° 4144), Abdallah a officié plusieurs rencontres sur les plans national et international.

Intègre, craint et respecté ainsi que prompt, les décisions de ce magistrat chevronné n’ont jamais souffert de contestation ou d’une quelconque plainte. Il a mis fin à cette brillante carrière d’arbitre international au lendemain de la 9e édition de la Coupe d’Afrique des nations féminine de basket, en décembre 1984 à Dakar (Sénégal). Muté à Bamako en octobre 1991 et sur proposition des délégués de ligues régionales, il fut élu pour la première fois le 24 octobre 1994 comme président de la Commission de Discipline de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB). De cette date à son décès en 2011, il occupera de grandes responsabilités avant d’être élu président de la FMBB le 6 mars 2010.

Membre du bureau central de FIBA-Afrique et aussi de la FIBA, joueuse du Djoliba AC et ancienne internationale malienne de 1960 à 1980, Mme Salamatou Maïga s’est éteinte le mardi 23 décembre 2014 à Paris (France) à 62 ans. Cette icône a marqué le basket de son talent et reste une référence pour toutes les générations. À cette dame, on pouvait tout reprocher, excepté son manque d’amour pour le sport, notamment le basket, et qu’elle n’avait pas la compétence de le servir au mieux des intérêts du Mali et de l’Afrique. Elle a consacré toute sa vie au sport.

D’abord en tant que joueuse ambitieuse et courageuse. Et ensuite, en tant que dirigeante à la volonté de réussite inébranlable. Une vraie amazone qui a superbement réussi à s’imposer dans cette jungle du sport où même les hommes ont du mal à imposer leurs qualités et leurs compétences à cause des rivalités stériles et des complots. Chargée de mission, puis Conseiller technique chargée des infrastructures jusqu’à ce sombre 23 décembre 2014, Salamatou a été Secrétaire générale de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) de 1999 à 2014. Elle a également occupé des postes de responsabilité au CNOSM, notamment Trésorière générale.

«C’est en 1998 à Dakar que j’ai intégré, par élection, le bureau central de FIBA-Afrique», se rappelait-elle, tout en souhaitant qu’il y ait plus de places pour les femmes dans les instances sportives africaines et mondiales. «Ce fut un tournant décisif, car en cette même année, la FIBA a décidé d’ouvrir ses portes aux femmes. J’ai donc postulé de même que ma consœur Sallouha Ben Saïd de la Tunisie. C’est pour moi une grande fierté de servir ces deux grandes organisations du basket-ball», avait-elle ajouté. Elle s’est éclipsée des parquets de basket après 16 ans à FIBA-Afrique (elle s’occupait désormais des questions juridiques) et 12 ans à FIBA-monde. On comprend alors aisément que, lors du dernier Congrès mondial à Séville (Espagne), un vibrant hommage lui a été rendu pour services rendus au basket-ball.

Lors de ses obsèques, elle avait été élevée Officier de l’Ordre national à titre posthume (elle était Chevalier à son décès) par le président Ibrahim Boubacar Kéita. L’Association des anciennes basketteuses du Bénin (AABB) lui avait aussi dédié le trophée de la première édition du Tournoi international de basket 3X3, réservé aux U18 filles et garçons. Une compétition qui s’est déroulée du 13 au 14 août dernier à Cotonou, au Bénin, en collaboration avec FIBA-Afrique. Elle avait regroupé les sélections féminines et masculines du Bénin, hôte du tournoi, du Mali, du Niger, du Nigeria, du Togo et de la Côte d’Ivoire. Par cet ultime hommage rendu à notre icône nationale et africaine, en lui donnant le nom du Palais des Sports de l’ACI 2000, les autorités maliennes ont perpétué sa mémoire pour l’éternité !

Moussa BOLLY


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here