Avec Donald Trump, le singe GEDA fait mentir tous les instituts de sondages : Les leçons d’une élection qui a déjoué tous les pronostics

Bon nombre d’instituts de sondage américains avaient prédit la victoire d’Hilary Clinton. Mais, contre toute attente, c’est le milliardaire Donald Trump, comme prédit par le mystérieux singe nommé Geda, qui est sorti vainqueur avec plus de 279 voix de grands électeurs contre 218 pour sa rivale Clinton. Comme un séisme politique, le pays de l’Oncle Sam vient encore de surprendre en élisant celui qui a moins d’expérience dans la gestion de l’Etat. Il est totalement ignorant de la politique extérieure américaine et a promis tant de choses invraisemblables, comme refuser le visa américain aux islamistes et expulser tous les latinos américains en situation irrégulière, tout comme il a promis de mettre fin aussi rapidement que possible à l’ObamaCare.  Qu’est ce qui a pu se passer pour que le peuple américain en soit arrivé là ? Les leçons d’une élection historique qui aura déjoué tous les pronostics.

Le coup de tonnerre politique dans le ciel américain a surpris plus d’un dirigeant, analystes et hommes politiques. La question que l’on est en droit de se poser est celle de savoir pourquoi l’establishment américain et  la communauté internationale dans sa grande majorité penchaient si fort  pour Hilary  Clinton ? Voici six leçons que le peuple américain vient de donner au reste du monde :

Première leçon : le Peuple américain vient de prouver à la face du monde qu’il n’est pas encore prêt à renouer avec les symboles après le sacre du premier noir à la Maison Blanche, à élire la première femme présidente des Etats-Unis, malgré son expérience incontestée et sa grande capacité intellectuelle. Donc Hilary aura été victime de son genre, probablement de son état de santé précaire et surtout ses e-mails compromettants traités par le FBI dans une Amérique qui reste encore très fortement conservatrice.

Deuxième leçon : le mauvais casting des démocrates qui n’a pas laissé de choix aux électeurs américains face à un Donald Trump visiblement craint, vulgaire et violent. Cette élection rappelle à tous que le mauvais choix du candidat à une élection présidentielle peut conduire à la défaite quand le parti aurait pu l’emporter comme ce fut le cas avec l’ADEMA en 2013. La soif de changement du peuple américain est venue s’ajouter au lot en faisant basculer la balance en faveur d’un Donald Trump, surtout après huit ans de gestion des démocrates dont Hilary Clinton a été l’une des pièces maitresses pour avoir été secrétaire d’Etat de Barack Obama.

Troisième leçon: l’Amérique profonde en avait marre de l’Establishment politique toujours incarné par le modèle du Wall Street. Donc le peuple  a donné le pouvoir au candidat de l’anti système pour défendre l’Amérique contre ce que le candidat Trump sans langue de bois, fustigeait de « spoilt system » ou “système complètement truqué et mauvais ” en promettant de “rendre à l’Amérique sa grandeur”.

Quatrième leçon : les slogans de campagne de Donald Trump ont séduit les conservateurs, la classe moyenne, les vétérans de guerre et le lobby juif. Il réussit aussi à arrimer à sa cause tous ceux qui rêvaient d’une Amérique totalement indépendante de la communauté internationale et débarrassée de toutes les misères du monde, représentées à tort par les africains, les hispaniques et les musulmans.

Cinquième leçon : le contexte international, marqué par des conflits meurtriers en Libye, en Irak, en Afghanistan et en Syrie. Le candidat Trump a réussi à convaincre les électeurs américains que ces conflits seraient la conséquence de la mauvaise gouvernance politique des  démocrates au pouvoir depuis 2008. Il promit alors de ne plus engager son pays dans des guerres qu’il considère inutiles.

Sixième leçon : ne jamais trop se fier aux résultats des instituts de sondage qui, quelque part, sont manipulés par d’autres considérations. Ces élections montrent à tous que les sondages restent des sondages et que leur résultat ne sont ni des paroles de la Thora, de la Bible ou du Coran. Là où les instituts de sondage sont passés totalement à côté de la plaque, c’est un singe mystérieux du nom de Geda qui aura réussi à prédire l’issue de ces élections 24 heures avant le vote sans avoir à définir des échantillonnages ou à interviewer des électeurs.

En somme, le ras-le-bol du peuple américain contre l’ancien système aura été l’élément déclencheur de la grande mobilisation des électeurs pour voter contre l’ordre établi. Il reste à savoir maintenant si les slogans de Donald Trump ne relevaient pas plus du populisme que d’une ambition et une foi réelles pour une Amérique grande. Wait and see.

Youssouf Sissoko

[email protected]


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here