Coupe du monde, Russie 2018 : Aigles, le nul qui complique tout

Tenue en échec 0-0 par le Gabon, samedi au stade du 26 Mars, la sélection nationale a raté son objectif de faire le plein à domicile. Question : peut-elle encore prétendre à la qualification à la phase finale du Mondial ?

Les Aigles peuvent-ils encore se qualifier à la prochaine Coupe du monde qui se déroulera en Russie en 2018 ? La question mérite d’être posée après le match nul (0-0) concédé samedi par les protégés d’Alain Giresse contre le Gabon au compte de la deuxième journée des éliminatoires du Mondial. Après son échec de la première journée face à la Côte d’Ivoire (3-1), l’Equipe du Mali (EDM) se devait de faire bonne figure à domicile face au Gabon pour se rassurer et rassurer les supporters. Malheureusement, le capitaine Modibo Maïga et ses coéquipiers ont raté le coche et n’ont pu faire mieux qu’un nul 0-0. Ce résultat complique tout pour le Mali puisque les nôtres ne peuvent plus atteindre leur premier objectif qui était de faire le plein à domicile (9 points). Et ce premier faux pas au stade du 26 Mars est d’autant plus inquiétant que le Gabon est considéré comme le petit poucet de notre poule. Certes, les Panthères n’avaient perdu qu’une seule fois en neuf confrontation contre les Aigles, mais malgré ces statistiques, les Maliens faisaient figure logique de cette deuxième journée des éliminatoires. C’est dire si les supporters ont été déçus de la prestation de l’EDM, samedi au stade du 26 Mars. A l’issue d’une partie encore plus fermée, le Mali et le Gabon se sont séparés sur un score nul et vierge (0-0). Trop brouillons et surtout victimes une fois de plus du tâtonnement tactique de son entraîneur, Alain Giresse, l’EDM a eu les moyens nécessaires de débloquer le tableau d’affichage après plusieurs tentatives mais en vain. Les Maliens ont été les premiers à se signaler avec cette frappe puissante de Sambou Yattabaré qui passera à côté de la cage gardée par Didier Ovono (4è min). Quelques minutes plus tard, Moussa Doumbia recupère un ballon dans le dos de la défense gabonaise pour filer tout droit au but. Au moment d’armer sa frappe, il sera fauché dans la surface de réparation adverse. Tout le stade du 26 Mars croyait alors que l’arbitre zambien, Sikaswé Janny, allait accorder un penalty aux Aigles, mais ce dernier ne bronchera pas. Après ces deux alertes, il faudra attendre la demi-heure de jeu pour voir la première grosse occasion du match. Sur un long ballon, le capitaine gabonais, Pierre Aubameyang enchaîne contrôle et petit piqué de l’extérieur du pied mais le ballon sera repoussé par le montant gauche du portier des Aigles, Djigui Diarra battu sur le coup (27è min). La réplique malienne ne se fera pas attendre longtemps : Moussa Doumbia (encore lui) oblige le gardien Didier Ovono à s’envoler pour claquer en corner sa reprise de volée (28ème min). Très remuant sur son côté gauche face à un André Poko dépassé, le joueur de Rostov butera encore à deux reprises sur le portier des Panthères (40è et 42è min). Auparavant, Hamari Traoré avait eu la balle de l’ouverture du score mais le jeune latéral a été trop gourmand dans le dernier geste et verra sa frappe déviée en corner par un Didier Ovono étincelant (32è min). La pause interviendra sur ce score de parité. Au retour des vestiaires, les poulains d’Alain Giresse poussaient mais sans parvenir à trouver la faille, à l’image de cette reprise du capitaine Modibo Maïga. Après avoir effacé deux défenseurs, Adama Traoré sert sur un plateau d’or Modibo Maïga qui ne parvient pas à cadrer (48è min). Après l’heure de jeu, la sélection nationale décide d’accentuer la pression, Yves Bissouma, croise trop sa frappe qui frôle le cadre, alors que la tentative d’Hamari Traoré termine sa course dans le petit filet. Didier Ovono devait également s’employer une dernière fois sur un tir du rentrant Yves Bissouma. Confrontés à l’arrivée récente de José Garrido à la place de Jorge Costa sur le banc et à la mise à l’écart de Ndong pour indiscipline, les Gabonais résisteront jusqu’au bout aux assauts de l’EDM qui se contera du partage des points. L’autre match du groupe entre le Maroc et la Côte d’Ivoire s’est également soldé sur le score de parité 0-0, ce qui permet aux Eléphants de conforter leur position en tête avec 4 points, contre 2 pour le Gabon et le Maroc et 1 pour le Mali. Mathématiquement, rien n’est encore perdu pour l’EDM mais il faut admettre que la marge de manœuvre est désormais très réduite pour notre pays.

-LE TATONNEMENT DE GIRESSE DANS LE CHOIX DES HOMMES- Sans vouloir accabler le sélectionneur national et lui faire porter le chapeau de l’échec de l’EDM, il faut admettre que Giresse a encore péché dans le choix des hommes. On s’en souvient, contre la Côte d’Ivoire, le technicien a commis une grosse bourde en faisant jouer Diadié Samassékou dans le couloir, suite à la blessure de l’attaquant Moussa Doumbia. Ce choix a complètement déstabilisé l’EDM et le technicien a été contraint de remplacer le jeune milieu de terrain avant la fin du match. Samedi face aux Panthères, Giresse s’est encore mélangé les pédales en intronisant Sambou Yattabaré au poste de milieu relayeur alors que ce dernier a toujours évolué sur les côtés. Ce n’est pas tout, le sélectionneur national a également aligné deux latéraux droits, Hamari Traoré et Ousmane Coulibaly, alors qu’il y avait deux latéraux gauches sur le banc, à savoir Youssouf Koné et Cheick Keïta. Ces derniers étaient-ils malades ou s’agissait-il simplement d’un choix tactique du technicien français ? Ces choix de Giresse ont indiscutablement joué sur l’EDM et facilité la tâche des Panthères qui auraient pu réaliser le hold up si le lob de Pierre Aubameyang n’avait rebondit sur le poteau de Djigui Diarra. Le 4-1-3-2 mis en place par Giresse a été improductif et le système a contraint l’arrière-garde malienne à passer les trois-quarts de la rencontre dans son camp. Pour espérer faire mieux, le sélectionneur national se doit de rectifier le tir, mais on peut se demander si ce n’est pas déjà trop tard.

D. COULIBALY

Samedi 12 novembre au stade du 26 Mars

Mali-Gabon : 0-0

Arbitrage de Sikaswé Janny (Zambie) assisté de Dos Santos Jerson Emiliano (Angola) et de Marenguela Arsenio Chadreque (Mozambique).

Commissaire du match : Dembélé Djibrine Mahamat (Tchad)

Mali : Djigui Diarra, Hamari Traoré, Ousmane Coulibaly, Salif Coulibaly, Molla Wagué, Lassana Coulibaly, Sambou Yattabaré (Moustapha Yattabaré), Adama Traoré, Moussa Doumbia (Samba Sow), Modibo Maïga, (cap, Yves Bissouma) et Moussa Maréga.

Entraîneur : Alain Giresse.

Gabon : Didier Ovono, Arron Ondele, Koumba Abdoulaye Tandjigora, Bruno Manga Ecuele, Serge Johan Obiang, Malick Evouna (Ze Ondo Benjamin), Pierre Emerick Aubameyang (cap), Mario Lemina, Clement Levy Mandinda (Frank Obame Engongah), Aboue Angoue Serge Kevyn (Meye Mendong Axel) et Andre Biyogo Poko.

Entraîneur : JoséAntonio Garrido Rocha.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here