Focus : Le bourreau à la barre !

171

Le 30 novembre 2016  fera date dans les annales de la justice  malienne, voire de l’histoire du Mali tout court. Ce jour, un putschiste et certains de  ses  compagnons (beaucoup d’autres ont eu la baraka d’échapper aux mailles du filet) devront répondre à la barre de graves accusations : assassinat et complicité d’assassinat.

Il s’agit donc au cours de ce procès, qui s’annonce mémorable, de  situer les responsabilités, et toutes les responsabilités, dans l’affaire dite des bérets rouges. Cette terrifiante affaire, où l’horreur le disputait à l’ignominie, a vu l’exécution sommaire de  21 soldats maliens (appartenant au 34è Régiment des commandos parachutistes), dans la localité de Diago, près de Kati. Oui, ce crime presque comparable au drame d’Aguelhoc (au Nord du Mali)  ou plus récemment à la boucherie de Nampala (région de Ségou), a été perpétré alors que le capitaine putschiste Sanogo trônait à Kati, et régnait sur le Mali.

Le drame de Diago a endeuillé des dizaines de familles. Le drame  de Diago a également causé la mort  de vaillants soldats qui furent froidement abattus et nuitamment enterrés dans une fosse commune. Le procès  du 30 novembre est donc l’occasion pour la justice malienne de prouver à la face du monde toute son indépendance… En attendant, les images de l’horreur de Diago continuent à frapper les esprits : un charnier, des ossement humains, des cadavres de soldats en treillis. Inédit !

CH Sylla


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here