Insécurité au Mali : Le système d’information en cause

Selon Nouhoum Togo, ancien chargé de mission au ministère de la Défense et des Anciens combattants et observateur averti de la scène politico-militaire, la flambée d’insécurité au Mali est dûe à un manque de centralisation des informations entre les différents services de défense et de sécurité. « Si on parvient à mieux coordonner les informations des forces de l’ordre, notre capacité de riposte sera efficace et on pourra déjouer beaucoup d’attaques », explique Nouhoum Togo. Selon lui, pour une exécution correcte et rapide des actions, la Gendarmerie nationale, la Sécurité d’État, la Police et la Garde nationale doivent impérativement partager les données et cela dans un cadre bien précis. Pour bien huiler la machine, les autorités doivent revoir les cadres de concertations et de centralisation des données pour mieux sécuriser le pays. Il ajoute que les multiples attaques que le pays subit actuellement ne sont pas les conséquences d’un « manque d’effectif » encore moins « d’inefficacité des agents » . Mais, précise-t-il, « c’est un problème d’information et de coordination. Ce n’est pas les effectifs qui feront le combat. Mais, on doit arriver à bien huiler la machine, à mieux gérer les informations pour sécuriser le pays ». Actualité oblige, M. Togo trouve qu’il y a un lien entre les récentes attaques à Bamako et alentours et la mise en œuvre de l’accord pour la paix. « Nous avons pensé que la mise en œuvre de l’accord, surtout la mise en place des autorités intérimaires, allait favoriser le retour à la stabilité et la sécurité dans le pays. Mais, aujourd’hui il y a des attaques qu’on ne connaissaient pas autrefois. C’est inquiétant et il y a trop de morts. Le conflit se déplace vers Bamako », déplore-t-il. Selon Nouhoum Togo, il existe un plan de sécurisation du Mali. Depuis 1991, les autorités ont créé un ministère de la Sécurité intérieure toujours dirigé par des spécialistes (généraux ou colonels) qui travaillent avec la Gendarmerie nationale, la Garde nationale et la Police. Ces trois structures sont impliquées dans la gestion de la sécurité de Bamako et environs. Sory I. Konaté Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here