Proces Amadou Haya SANOGO : Est-ce pour respecter le délai de détention ?

129

Prévu pour le 30 de ce mois, beaucoup d’observateurs sont septiques quant à l’issue de ce procès juridico-militaire. D’aucuns pensent qu’il s’agira pour la justice de venir renvoyer le prisonnier à une autre cour d’Assises.

A peine annoncé, le procès de l’auteur du coup d’Etat du 22 mars 2012, fait déjà l’objet de grand débat dans notre pays.

En effet, c’est le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako qui a révélé l’information, faisant état du procès de Amadou Haya Sanogo, prévu à Sikasso, le 30 novembre prochain.

Cette information en tant que telle, n’est pas l’objet du débat, mais le débat se situe au niveau de l’issue du procès. Certains observateurs pensent que c’est tôt pour déballer tout ce qui s’est passé dans l’affaire des bérets rouges, et les mêmes observateurs estiment que les juges ne vont pas prendre le risque de tenir le procès le 30 novembre.

Faudra-t-il rappeler que l’ancien homme fort de Kati est en prison pour assassinat, enlèvement de personnes. Il s’agit des bérets rouges qui avaient tenté un contre coup d’Etat, et qui avait été violemment réprimé en son temps.

Après les affrontements certains adversaires avaient été arrêtés. Ces personnes ont été portées disparues, et les corps d’une vingtaine de ces hommes ont été retrouvés dans un charnier à Diago, près de Kati. C’est en ce moment que Sanogo et ses hommes sont tombés dans de beau drap.

Après cet acte considéré comme barbare, le Président de la République était sorti de son silence pour faire comprendre à Sanogo que Kati ne fera plus peur à Bamako, la suite est connue, le Général Sanogo est mis aux arrêts.

16 mois après cette arrestation, c’est la semaine dernière que l’annoncé a été faite que son procès aura lieu, le 30 novembre.

Seize (16) mois : c’est vraiment ce délai de détention qui gêne chez certains observateurs, et les laisse croire que ce procès ne peut pas se tenir le 30 novembre. En effet le capitaine Sanogo avait été inculpé, le 27 novembre 2013, pour «complicité d'enlèvement». Le 22 avril 2014, les charges avaient été requalifiées en «complicité d'assassinats». Donc juridiquement, la détention arrive à termes le 27 novembre 2016.

Et une rumeur avait parcouru la ville de Bamako faisant état de la libération du chef de la junte de 2012, une chose qui n’a pas laissé indiffèrent les parents des victimes qui sont montés au créneau à travers une conférence de presse pour demander la fixation de la date du procès.

C’est donc cette pression qui aurait précipité ce fameux procès de Sikasso, de l’avis de bon nombre d’observateurs.

Et certains d’entre eux vont jusqu’à donner leurs mains à couper que le prisonnier va être renvoyé à une autre Cour d’Assises. Donc il s’agira simplement pour les juges de respecter la loi, puisque le délai de détention est arrivé à termes.

Ont-ils raison ? L’histoire nous le dira.

Issa KABA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here