Commune III : L’enjeu est de taille

A l’instar de toutes les communes du District de Bamako, la Commune III a été créée par ordonnance n° 78/32/CMLN du 18 août 1978 fixant le statut du District. Cette ordonnance est complétée par les lois n° 93-008 déterminant les conditions de la libre administration des collectivités territoriales modifiée par la loi n°96056 du 16 octobre 1996, n° 95-034 AN-RM du 12 avril 1995 du code des collectivités territoriales et n° 96-025 du 25 février 1996 portant statut particulier du district de Bamako. La Commune III est limitée au nord par le Cercle de Kati, à l’est par le Boulevard du Peuple qui la sépare de la Commune II, au sud par la portion du fleuve Niger comprise entre le pont des Martyrs et le Motel de Bamako, à l’ouest par la Commune IV en suivant la rivière Farako à partir du Lido, par l’avenue des grottes devenue Check Zayed El Mahyan Ben sultan qui enjambe ladite rivière et enfin la route passant derrière le cimetière de Hamdallaye. Dans le cadre de la réorganisation territoriale pour la création des collectivités territoriales, les villages de Kouliniko et Sirakorodounfing ont été rattachés à la Commune III qui couvre une superficie d’environ 23 km2 soit 7% de la superficie de Bamako et est peuplée de 119.287 habitants repartis entre 20 quartiers. La Commune III est une collectivité administrative décentralisée dirigée par un conseil municipal de 37 membres. Le bureau municipal est composé par le maire et 5 adjoints élus. Elle est l’une des communes les plus dotées en infrastructures. La commune compte 12 centres d’état civil. Le secteur tertiaire (administration, commerce services) est très développé et occupe un nombre important de personnes. Au cœur de la capitale, la Commune III a la particularité d’accueillir quotidiennement près d’un million de personnes. Les secteurs secondaire (artisanat et industrie) et primaire s’exercent essentiellement dans les quartiers périphériques que sont Kouliniko, Sirakoro-Dounfing, Koulouba et Sogonafing. La commune possède 4 marchés dont les deux plus grands du District : le Marché rose communément appelé Grand marché et le marché Dibida. Les communales étant des élections de proximité, elles sont très sensibles en Commune III comme dans d’autres circonscriptions. Ici, l’enjeu est de taille, explique le secrétaire général adjoint de la mairie, Kagnin Sanogo, car le maire sortant Abdel Kader Sidibé n’est pas candidat à sa propre succession après trois mandats successifs (un record absolu dans le pays). Cette situation fait que la compétition est plus ouverte que jamais. L’autre enjeu vient du fait que la loi confère un quota de 30% aux femmes candidates. En la matière, la liste indépendante « Djiguiso » donne l’exemple avec 20 candidatures. Viennent ensuite le Modec (19 candidatures), le PRDT (17), l’alliance Fare anka Wuli-APR (17), Yèlèma et APM-Maliko (16), le RPM (15).

S. DOUMBIA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here