IBK depuis Kolondièba : « Je travaille pour faire du Mali un pays émergent »

125

Le président de la République SEM Ibrahim Boubacar Kéita a donné, le dimanche 13 novembre 2016, le premier coup de pelles des travaux de construction de la route Zantièbougou-Kolondiéba. La réalisation de cet axe routier permettra de relier notre pays à la Côte d’Ivoire. Elle permettra aussi de diminuer le calvaire enduré par les populations.
Le lancement officiel de ces travaux a donné lieu à une véritable fête dans les localités bénéficiaires. Les populations se sont retrouvées sur le terrain de football de Kolondiéba, transformé pour la circonstance en une véritable arène. Ça et là, on pouvait lire sur les banderoles « route Zantièbougou-Kolondiéba, un bel exemple d’intégration ou IBK, Kankeletigui, merci pour le bonheur des populations de Zantièbougou-Kolondiéba. »

C’est aux environs de 11 heures GMT que le cortège présidentiel est arrivé sur le lieu ; s’en est suivie l’exécution de l’hymne national. Comme exige la coutume, le maire de la commune rurale de Kolondiéba, après avoir souhaité la bienvenue au président de la République et à sa délégation a indiqué que ce jour 13 novembre 2016 sera gravé à jamais dans la mémoire des populations. Car ajoutera-t-il, pour relier Bamako à Kolondiéba, il fallait 2 jours au mois d’août. Avec ce bitumage, poursuit-il, les craintes de se déplacer ne seront qu’un triste souvenir. La réalisation de cette route est autant plus importante qu’elle permettra aux populations locales d’amorcer la voie du développement, a-t-il laissé entendre. Il a par ailleurs remercié le président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Kéita, pour avoir fait la construction de cette route une réalité. Toutefois, il n’a pas manqué de souligner devant le chef de l’Etat certains problèmes dont souffrent les populations locales. Ces problèmes ont pour nom : le manque d’eau potable, d’électricité, de coopératives multifonctionnelles pour les femmes. Pour le Maire de la commune rurale de Kolondiéba, l’éradication de l’insécurité dans la localité passera par les constructions d’un commissariat de police et d’un camp militaire. L’appui de la population locale ne se fera pas défaut, a-t-il rassuré. Pour le représentant résident de la banque africaine de développement (BAD) au Mali, M. Alain Pierre M’Bona Beka, la présente cérémonie est le témoignage d’un bon rapport entre le Mali et la BAD. Pour la mise en œuvre de cette route, explique M. Alain Pierre M’Bona Beka, la BAD a alloué 58,4 milliards de francs CFA, a-t-il ajouté.

« La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui est l’aboutissement d’une vision, votre (IBK) vision pour un Mali émergent, bâti sur un programme de gouvernance qui fait du désenclavement intérieur et extérieur le levier de la croissance économique et du développement », a introduit, madame Traoré Seynabou Diop, Ministre des transports et du désenclavement. Pour elle, la construction et le bitumage de la route Zantièbougou-Kolondiéba frontière de la Côte d’Ivoire, longue d’environ 140 km, figurent en bonne place dans la Politique Nationale des Transports, des Infrastructures de Transport et du désenclavement (PNTITD). En plus de la construction de la route, d’autres projets connexes seront réalisés. Il s’agit entre autres de l’aménagement de 5 Km de voiries urbaines à Kolondiéba, l’installation de 5 systèmes d’éclairage solaire public dans 5 localités, l’ouverture de 100 km de pistes rurales et la réalisation de 10 forages…etc. Le bitumage de la route Zantièbougou-Kolondiéba-frontière de la Côte d’Ivoire, maillon marquant du corridor Bamako-Bougouni-Zantièbougou-Kolondiéba-Boundiali-Kani-San Pedro long de 1046 km, permettra de rapprocher Bamako du port de San Pedro de 200 km par rapport au port d’Abidjan par le corridor Bamako-Zégoua-Abidjan long de 1225 km. C’est un projet multinational, qui associe au développement de l’infrastructure, la facilitation des transports, le développement institutionnel des corridors, l’harmonisation des réglementations du marché des transports routiers et l’intégration dans la chaine logistique des opérations portuaires, a expliqué Madame la ministre des transports et du désenclavement. Aux dires de Traoré Seynabou Diop, le coût de réalisation de cette route s’élève à 70 milliards de nos francs reparti comme suit : 58,4 milliards par la BAD, 10,6 milliards par le Mali et 1,031 milliards de francs CFA par l’UEMOA. La ministre des transports et du désenclavement dit veiller personnellement sur le respect des délais fixés à 24 mois.

Avant de donner les premiers coups de pelle, le président IBK dans une brève intervention en langue nationale Bamanankan, a indiqué que Kolondiéba mérite mieux que cette route. Il dit travailler pour faire du Mali un pays émergent. A noter que le président de la République lors de son passage dans la localité avait promis aux populations la construction de cette route pour mettre fin à leur enclavement.

Abdrahamane Sissoko,

Envoyé spécial à Kolondiéba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here