Election de façade pour sauver le régime : Le ministre Ag Erlaf échoue lamentablement

Les élections communales du 20 novembre 2016 ont été une farce électorale. Pour la seule élection communale organisée par le régime en place après 4 reports, l’on se rend compte que le ministère en charge de l’organisation de ces élections n’a pas fais un bon travail.

Problème d’identification des salles de vote par les électeurs, insuffisance de matériels (des ordinateurs pour mieux orienter les électeurs, manque de personnel d’appui, absence d’agents de sécurité dans certains endroits autour de la capitale, fraude massive, achat de conscience etc.). L’on est en droit de se demander si Ag Erlaf a pris le soin de faire l’état des lieux en prenant les reines du ministère de l’administration territoriale à quelques encablures de ces élections communales.

Pourtant, le ministre avait rassuré de la bonne tenue et de la bonne organisation pour des élections crédibles. S’il y a l’insécurité au nord, au sud, son département devrait avoir la capacité d’organiser des élections transparentes et crédibles. Mais force est de constater qu’il a échoué lamentablement. Si la sécurité était au rendez vous à Bamako, l’administration a échoué dans l’organisation matériel de ces élections. Voilà une des causes de la baisse du taux de participation des populations qui avaient du mal à identifier les salles de votes.

Selon nos constats, certaines personnes ont été obligées de retourner dans leurs familles sans voter. Dans certains endroits du pays comme la commune du Mandé qui comprend 23 villages, pas un seul agent de sécurité n’était présent. Ici, les partis se sont adonnés à toute sorte de pratiques. A Bamako ou il y avait une mobilisation des forces de l’ordre, on a constaté des sérieux couacs. Le gouvernement est le seul responsable de ce chaos électoral qui présage déjà de mauvaises élections en 2018.

Fakara Faïnké

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here