Abandon de la pratique du mariage d’enfant : Un grand pas dans la conception des messages

La ville de Sikasso a abrité un atelier de cinq jours sur la conception des messages de communication pour la promotion de l’abandon de la pratique du mariage des enfants, du 14 au 18 novembre 2016.

Pendant cinq jours, une cinquantaine de participants ont pris part à l’atelier sur la conception des messages de communication pour la promotion de l’abandon de la pratique du mariage des enfants à Sikasso dans la salle de conférence de l’hôtel du Cinquantenaire de Sikasso. Le principal formateur était Saleck Ould Dah, responsable plaidoyer et de campagne de l’ONG international, Save the Children, assisté de Adhroumane Coulibaly, chargé de communication de ladite ONG. Au niveau des participants, on peut enregistrer la présence des journalistes télé, radio, presse écrite, en ligne et également, des communicateurs traditionnels, sous la houlette de Cheick Tounkara du Recotrade. Les partenaires présents étaient, entre autres, Enda Mali, l’ONG Agir, Plan Mali, la COMADE, les représentants de la Direction Régionale de l’enfant et de la famille et ses services rattachés.

Pendant la formation, M. Saleck Oul Dah a développé les thèmes comme « De quoi parle-t-on en fait ? », « Le mariage des enfants ou mariage précoce dans le monde en général et au Mali, en particulier : quelle en est l’ampleur ? », « Présentation sommaire du rapport de l’étude qualitative de Plan International sur le mariage des enfants au Mali, brainstorming ». Les sous-thèmes développés sont entre autres : « l’analyse des problèmes de communication en lien avec le mariage des enfants : que communique-t-on ? » ; « Comment communique-t-on ? » ; « Est-ce efficace ? » ; « Généralités sur la Communication sur le Changement Social et de Comportement (CCSC) : quelle théorie pour notre problématique ? » ; « Est-ce efficace ? ». Comme autres sujets importants, les participants ont échangé sur l’importance du « profilage » des cibles en matière de CCSC.

C’est après l’exposé de ces thèmes suivis des débats, que les travaux de groupes ont démarré en vue de la conception des supports en fonction des profils issus des trois groupes cibles (leaders religieux, leaders coutumiers, gouvernement». Chaque groupe avait une tâche spécifique.

Pour le groupe 1, des messages sur supports visuels en français pour les 3 cibles en tenant compte des profils dégagés. Le deuxième groupe présidé par Fanta Diakité de la Radio Klédu devait concevoir des messages sur supports audio en langues bambara et français pour les 3 cibles en tenant compte des profils dégagés

Enfin le groupe 3 dirigé par Boubacar Sidibé cinéaste, avait pour tâche, la conception des messages sur supports audiovisuels en langues bambara et français, si possible pour les 3 cibles en tenant compte des profils.

Après les travaux, chaque groupe a procédé à un pré-test pour l’efficacité des messages chez les leaders religieux, à l’église comme dans une localité où se trouveraient quelques jeunes leaders musulmans radicaux. Les remarques et critiques de ces leaders religieux ont été l’objet de débats entre les participants.

Comme dernier module de cet atelier, un pool de communicateurs a été mis en place pour accompagner la campagne sur l’abandon du mariage des filles.

Selon Saleck Ould Dah, c’est un pool de communicateurs qui va désormais prendre une part active dans la campagne. Au terme de l’atelier, les participants ont affirmé avoir été comblés. « Si cet atelier n’avait pas eu lieu, il aurait fallu le créer car la nécessité était là pour renforcer les capacités des acteurs », déclare Modibo Diakité de Enda Mali.

Modibo L. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here