Ministère de la Justice : quand le ministre Konaté marchande le procès du général Amadou Haya Sanogo

Ministère de la Justice : quand le ministre Konaté marchande le procès du général Amadou Haya Sanogo
Quand n’importe qui devient ministre, il fait n’importe quoi. C’est le cas du ministre de laJustice, Mamadou Ismaël Konaté. Suite à la tenue d’un séminaire de formation des journalistes en droit, il a lancé un concours de meilleur article sur le procès du général Amadou Haya Sanogo, d’une valeur de 2 millions de nos francs. Ce procès se tiendra le 30 novembre à Sikasso.
Pourquoi une telle allégeance du ministre envers la presse du Mali ? Pourquoi demander le verdict du procès à la presse ? L’incapacité des juges à juger le général est mise à nu par le ministre Konaté qui cherche l’aide d’une certaine presse hostile à Sanogo.

Dans le district de Bamako, le parti du président de la République, le Rassemblement Pour la République (RPM) remporte les élections dans trois communes sur six. L’achat des consciences et le tripatouillage ont été mis en exécution par le RPM afin de ratisser large à Bamako. L’enjeu qui était le taux de participation des électeurs demeure le plus bas selon les observateurs.
La victoire du RPM en commune I, II et V aurait été possible grâce à l’injection du gouverneur de Bamako qui aurait sous sa coupe réglée triomphé les tisserands. Du coup, les militants des partis politiques lésés ont battu le pavé en commune I et II.

Et Koulikoro bascule à l’URD
Qui l’aurait cru que la capitale du Mégueétan (Koulikoro) basculera dans l’Union pour la république et la démocratie (URD) ?
Les élections municipales du 20 novembre ont montré la force montante du parti de la poignée de mains (URD) sur les tisserands (RPM). Selon plusieurs sources concordantes, le Premier ministre Modibo Keïta et le président de l’Assemblée nationale Issaka Sidibé n’ont fait aucun investissement chez eux pour attirer les électeurs. Dès leur ascension au pouvoir, les Koulikorois s’attendaient à l’ouverture de l’HUICOMA et d’autres infrastructures. Mais hélas ! Rien du tout.

L’honorable Karim Keïta ou le ‘’Kabila’’ malien
L’honorable Karim Keïta avide de pouvoir ne recule devant rien pour se faire fortune. Selon les murmures de Bamako, l’ex-direction des Eaux et Forêts en chantier au grand marché serait la propriété privée de l’honorable Karim Keïta.
Son nom serait cité dans la construction d’autres immeubles en chantier au grand marché Rose. C’est à la suite de l’opération de vente des 29 bâtiments administratifs initiée par le ministre Bathily à l’endroit des membres de «Ma famille d’abord» que le fiston national aurait raflé une bonne partie.

Attaque de la maison paternelle de l’épouse du président IBK: le RPM à la rescousse de la belle famille
Comme dirait l’autre, les hommes politiques sont souvent sans vergogne. Suite à l’attaque du domicile du père de Mme Keïta Aminata Maïga, feu Attaher Maïga, par les contestataires des résultats des élections remportés par le RPM en commune II du district de Bamako, le bureau politique du parti du tisserand a fait parvenir un communiqué à l’ORTM fustigeant de tel comportement anti-démocratique et exige des sanctions exemplaires contre les auteurs de cette forfaiture.
Pendant la même période, cinq soldats maliens ont perdu la vie dans l’attaque de leur convoi dans la région de Mopti. Aucun communiqué du parti présidentiel n’est parvenu au peuple pour condamner cet acte barbare et ignoble.

Axe Gossi- Gao : un véhicule de l’EDM enlevé
Un véhicule de l’Energie du Mali (EDM-SA), qui transportait les pièces de rechange de la centrale électrique de Gao, a été attaqué, samedi le 26 novembre, entre Gossi et Gao. Aucune perte en vies humaines n’est à déplorer, précisent nos sources.

Municipales du 20 novembre : les maires seront choisis suivant la Loi électorale déjà abrogée
Lorsqu’une loi est défavorable dans son application aux politiques, on change de fusil d’épaule. C’est ce qui se passe présentement au ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat. Une loi électorale abrogée refait surface pour gérer les élections communales. Cela n’est pas sans altercations entre partis politiques.
Pourtant, la nouvelle Loi électorale qui a fait beaucoup de bruits a été votée par l’Assemblée nationale et promulguée par le président de la République. Dans un tel contexte, il revient à la présidente de la Cour constitutionnelle de dire le droit et d’appliquer la loi. Sinon, ceux qui ont accepté de se rendront justice.

PROCES DU GENERAL AMADOU HAYA SANOGO LE 30 NOVEMBRE 2016 A SIKASSO

Pour le triomphe de la vérité, tous les patriotes sont appelés à soutenir la bonne tenue de ce procès qui sera un tournant décisif pour la démocratie au Mali.
Source: L'Inter de Bamako

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here