Proposition des textes de loi : Des députés en conclave pour validation

A la faveur d’une retraite commune qui s’est déroulée à Ségou les 25 et 26 novembre 2016, les honorables députés de la commission des Lois, de la commission Emploi ainsi que le Réseau des Femmes Parlementaires (REFEP) ont procédé à la validation des résultats des études réalisées et les drafts de propositions de textes de lois élaborés. C’est la salle de conférence de l’hôtel Fanta N’dongo qui a abrité cette retraite organisée grâce à l’appui technique et financier du consortium NDI/NIRAS et des coopérations danoise et norvégienne. La présente retraite commune de ces trois composantes s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Stratégique de Développement Institutionnel de l’Assemblée Nationale (PSDIAN) 2015-2025 que pilote le National Democratic Institute (NDI).

Sous la houlette des consultants nationaux ayant réalisé des études diagnostiques et élaborer des textes de loi, les députés réunis autours des organisations de la société civile, se sont appropriés les résultats obtenus sur les thématiques qui ont fait l’objet des études. Ainsi pour le REFEP, les études ont porté sur les violences basées sur le genre, les mutilations génitales féminines et la mendicité. Pour la Commission Emploi, il s’est agi de la loi modificative du code des personnes et de la famille (précisément le volet adoption dudit code) tandis que la Commission des Lois s’est adjugée la thématique de la suppléance.

La cérémonie d’ouverture de cette retraite, à laquelle avait répondu présent le Gouverneur de la Région de Ségou ainsi que le maire de la cité des Balanzan, a été présidée par le premier vice-président de l‘Assemblée Nationale, l’honorable Moussa Timbiné. Celui-ci avait à ses côtés le directeur-résident du NDI-Mali, Dr Badié HIMA. A la suite des mots de satisfaction exprimés par les autorités administratives des lieux vis-à-vis du choix porté sur leur localité pour abriter la rencontre, le premier vice-président de l’AN a reconnu les difficultés qu’éprouve le député pour élaborer une proposition de loi. « L’une des faiblesses du système parlementaire partout à travers le monde est lié à la capacité des députés d’élaborer des propositions de loi. » a laissé entendre l’honorable Moussa Timbiné. Au sujet des résultats des études réalisées, l’adjoint immédiat de l’honorable Issiaka Sidibé dira que tout cela constitue un processus, un échafaudage, une accumulation de procédures authentiquement discursives. « A toutes les étapes, il y a débat, contradictions, dissensus ou consensus. » a indiqué l’honorable Timbiné. Pour Dr Badié Hima, le représentant du Consortium NDI/NIRAS, c’est eu égard à la difficulté de l’élaboration des propositions de loi par le député que l’Institut National Démocratique s’est engagé au renforcement des capacités de l’Assemblée Nationale à travers les initiatives de ce genre.

André SEGBEDJI/abamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here