L’échec électoral de la majorité à Koulikoro : Un vote sanction !

Surpris par l’ampleur du désastre électoral, et encore face à l’URD, nous ne nous sommes pas empêchés de partir à Koulikoro pour comprendre les raisons de ce cuisant échec. Koulikoro devrait être et demeurer la chasse gardée de la majorité présidentielle.
Pour le Mali, son développement et sa croissance géoéconomique, le président Keïta, s’investit partout dans le pays et à Koulikoro et la majorité aurait dû batailler dur et fort juste pour lui faire plaisir, lui montrer tout son attachement, en enlevant haut la main la circonscription électorale de Koulikoro. Ne l’ayant pas fait au regard de la situation politique post communale, la majorité présidentielle, si elle en est toujours, montre un autre visage, pas celle qui était attendue.
Koulikoro après l’expression forte de la sympathie du président de la République, à travers la mise en eau des bateaux, la construction en cours du pont, vecteur essentiel du désenclavement, entre autres, se devrait de mouiller le maillot.
Une spéciale équipe de campagne de cette majorité en accompagnement au RPM, le principal parti, ce parti qui pouvait dire ainsi merci à son fondateur, en ne laissant aucun poste de conseiller l’échapper. Mais que non, c’est le principal parti de l’opposition qui est parti à l’abordage et qui a enlevé le gain de la partie.
L’URD, la gifle aura été retentissante et à souhait
Les rares politiques et cadres administratifs approchés, sont tous unanimes. La victoire de l’opposition qui apparaît à nos yeux comme une réelle ingratitude lorsque nous nous décidions à partir à Koulikoro pour comprendre, à en croire toutes ces personnes, n’est que le résultat d’un vote sanction en l’endroit du député RPM de Koulikoro, président de l’Assemblée nationale que les koulikorois ont cessé de porter dans leur cœur.
Pourquoi ? Des ressentiments personnels dus au caractère et comportement de l’honorable Sidibé. Selon nos interlocuteurs, un de ses derniers passages pendant la campagne aurait énormément choqué ses parents de la cité. Qu’avait-il dit ou fait au cours de ce passage, nos interlocuteurs n’en pipe mot. Le député président de l’AN se rachèterait-il ?
Attendons la régionale pour savoir si entre temps, le député président de l’AN, natif de la zone, accusé à tort ou à raison, mettra de l’eau dans son gingembre, histoire de se rallier la sympathie politique de ses parents. Mais une chose est sûre, l’honorable député président de l’AN, pourrait continuer de se tenir droit dans ses bottes, sachant qu’il ne se représenterait pas en 2018. Donc pourquoi vouloir le brusquer, ce qui est fait, est fait !
A suivre
Sory de Motti
Source: La Nouvelle Patrie

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here