Délinquance financière au ministère de la culture : Deux ex-DFM arrêtés… L’ex-Ministre Bruno Maïga dans l’œil du cyclone

On peut dire sans risque de se tromper que «Les Gardiens de la République» ont finalement obtenu la tête de Mody Sall et de Nouhoum Diallo, tous deux ex-DFM au Ministère de la Culture sous Bruno Maïga, aujourd’hui Ambassadeur du Mali en Italie. Ce dernier a véritablement du souci à se faire. Et pour cause.

C’est suite à une dénonciation de « Les Gardiens de la République» (une association anonyme) courant 2015 que le Bureau du Vérificateur a ouvert et approfondi une enquête. Les conclusions du rapport se sont avérées accablantes aussi bien pour les deux ex-DFM que pour l’ex-ministre de tutelle, Bruno Maïga. Après investigations, le Vérificateur Général a tout simplement transmis le dossier à la justice laquelle a procédé à l’interpellation des deux suspects il y a une dizaine de jours.

Il nous revient, de sources proches du dossier, que les deux ex-DFM ont, pour leur part, chargé leur ex-employeur, à savoir Bruno Maïga, à l’heure actuelle, soustrait de la procédure d’enquête à cause de son statut de diplomate. Mais pour combien de temps encore ?

Voici un extrait de la correspondance de «Les Gardiens de la République» adressée au VEGAL avec ampliation au PM.

«La subtilisation et l’utilisation frauduleuses de la somme de 15.000.000 F CFA sur le compte Opéra du Sahel, peu de temps après la prise de fonction de Nouhoum DIALLO en février 2013, en violation de la Convention de production et de financement, convention signée avec la Fondation Prince Claus des Pays Bas».

«Le détournement des indemnités pour travaux d’heures supplémentaires effectuées en mai 2012 par certains agents de la Direction des Finances et du Matériel dans le cadre de l’élaboration de l’Avant-Projet de Budget 2013, pour un montant de 5.664.808 F CFA».

«Les déprédations des crédits des chapitres, dits d’opérationnalisé technique, destinés exclusivement et spécifiquement à la valorisation et à la promotion culturelle et artistique pour un montant de 120.936.000 F CFA dilapidé en grande partie pour des achats fractionnés de fournitures, consommables, produits, matériels et mobiliers en violation des règles de la spécialité budgétaire et de la passation des marchés et dans le mépris absolu du principe de gestion axée sur les résultats».

«L’exécution frauduleuse, par clientélisme et favoritisme, des fonds des chapitres ‘’Fonctionnement lié à l’investissement’’ des BSI Renforcement Capacité Secteurs Culture et Appui à la CPS Secteur Culture – Jeunesse sans mise en concurrence en violation du code des Marchés Publics et des Délégations de Service Public pour un montant de 188.238.000 F CFA entièrement exécutés par fractionnement au profit de fournisseurs dont la plupart ne figurait pas sur le fichier ( ?) Fournisseur du ministère »

« L’exécution frauduleuse et la dilapidation des fonds de contrepartie sur le Budget d’Etat par voie de clientélisme et de fractionnement pour un montant de 84.518.000 F CFA engloutis en grande en grande partie dans les achats de fournitures, matériels et autres en violation des règles de la spécialité budgétaire et de la passation des marchés ».

«L’attribution, par le ‘’truchement de soumissions arrangées’’, de marchés sur le Budget Spécial d’Investissement pour un montant de 573.304.520 F CFA, à des bénéficiaires pré-désignés qui sont en réalité des crypto-protégés (amis et proches) du ‘’tandem’’ dont certains n’avaient pas d’expérience en matière de marchés similaires ou ne disposaient pas, au vu et su de tous, de surfaces financières suffisantes».

«Fragmentation, par fractionnement des dépenses et indiscipline budgétaire, des achats de même nature, éparpillés sur presque tous les chapitres de manière à échapper aux règles de la passation des marchés, pour un montant portant sur plus de 150.000.000 F FCA, frauduleusement repartis par favoritisme et clientélisme entre divers fournisseurs dont la plupart ne figurait pas sur le Fichier ( ?) Fournisseur du ministère».

Dans une deuxième correspondance à la même période, les dénonciateurs persistaient et signaient ainsi :

«Avec la nomination de Bruno MAIGA à la tête du département de la culture et celle Nouhoum DIALLO en qualité de Directeur des Finances et du Matériel, on aura confié la bergerie à des loups travestis.

L’année 2013 aura failli voir le glas sonner pour la culture malienne, victime de la kleptomanie financière de ces deux cadres, une kleptomanie dont les prodromes ont déjà été diagnostiqués au cours de leurs responsabilités antérieures. Nous rengainons ici les gaffes financières déjà commises par Nouhoum DIALLO dans l’ex- Ministère de l’Elevage et de la Pêche et dans l’ex-Ministère de la Communication.

Nous rengainons encore ici certains manquements tout aussi graves de Bruno MAIGA et de Nouhoum DIALLO à l’éthique financière : l’acquisition par voie biaisée de panneaux solaires dont est équipé le domicile du ministre, le paiement illicite par voie biaisée des factures d’eau et d’électricité du ministre sur la Régie, l’achat illicite de plusieurs téléphones cellulaires sur le Budget et en Régie, le refus par le ministre et le DFM de l’inventaire et de la prise en charge comptable des biens de l’Etat (mobiliers, matériels et autres …) dont ils sont détenteurs, l’établissement et l’impression frauduleux par Nouhoum DIALLO de certaines factures d’achat sur son ordinateur… Et encore et encore… !»

Pour la petite histoire, c’est parce que le VEGAL a élargi ses investigations sur les trois (03) dernières années au-delà des Correspondances de «les Gardiens de la République» que le nom de l’ex-DFM Mody Sall est apparu.

Rappelons en outre qu’en vue de se blanchir, l’ex-Ministre (Bruno Maïga) a porté plainte contre X, comme pour dire que les allégations des « Gardiens de la République » étaient sans fondements. Aujourd’hui, avec l’arrestation de ses ex-principaux collaborateurs, l’homme a véritablement du souci à se faire.

A suivre…

B.S. Diarra

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here