Projet d’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes : Le budget s’élève à environ 2 milliards de nos francs

Dans le but d’augmenter l’accès des adolescentes et des jeunes femmes à une éducation pertinente et de qualité, le Programme conjoint des Nations unies (UNESCO-UNFPA-ONU-FEMMES) a organisé, le lundi 28 novembre 2016 à l’hôtel Salam, un atelier technique d’appropriation et de planification des activités du projet d’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes. L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Education nationale, Kenekouo dit Barthelemy Togo, en présence de la représentante de l’UNESCO au Mali, Hervé Huo Marchard, de la Coordinatrice des programmes des Nations Unies au Mali, MBaranga Gasarabwe, de la représentante résidente de l’UNFPA, Josiane Yaguibou ainsi que de plusieurs autres personnalités.

Le programme s’adresse aux adolescentes de 10 à 19 ans et aux jeunes femmes de 20 à 24 ans et durera 5 ans (2016-2020). Son budget est d’environ 2 milliards de F CFA. Le projet d’autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes est mis en œuvre dans trois régions du Mali, à savoir : Ségou, Mopti, et Tombouctou ainsi que dans le district de Bamako. Il est soutenu par l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) et a pour objectifs le renforcement de la qualité de l’éducation de base ; le renforcement de l’éducation à la santé sexuelle et reproductive, à l’hygiène de l’eau et à l’assainissement ; le renforcement d’une meilleure prise de conscience de l’importance de l’égalité des genres et de l’éducation des adolescents et des femmes par les décideurs et les communautés ; le renforcement de l’utilisation des données et des connaissances répondants aux préoccupations des adolescents et des jeunes femmes en vue de leur autonomisation.
Il s’agit, à travers ce projet, de faire en sorte que par l’acquisition de connaissances et de capacités utiles, les adolescentes et les jeunes femmes soient plus autonomes et participent activement à la vie publique. Le projet s’inscrit, selon le ministre de l’éducation nationale, Barthelemy Togo, dans la vision de l’éducation à l’horizon 2030 et conduira dans sa mise en œuvre à la réalisation de l’Objectif de développement durable (ODD) numéro 4, qui vise à assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Il conduira également à la réalisation de l’ODD3, qui ambitionne de permettre à tous de vivre en bonne santé et de promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

Les résultats escomptés sont : l’accès des jeunes femmes et adolescentes à une éducation de qualité sensible au genre et adapté à leur cadre de vie, facilitant ainsi les relations entre les deux genres ; la disponibilité croissante d’une éducation nationale de qualité et le renforcement des liens entre la santé et les services sociaux pour les adolescentes et jeunes femmes ; l’accès à l’eau potable ; la disponibilité de données fiables sur les politiques et les actions d’éducation sensibles au genre.

Mamadou Dolo [email protected]

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here