Communales du 20 novembre 2016 au Mali et le suffrage universel direct : Quand la politique détruit la cohésion sociale au sein de notre peuple

C’est ça la vraie bêtise pour le peuple qui a beaucoup à y perdre !

Avez-vous une fois posé la question à un vrai villageois (pas dans le sens péjoratif) pourquoi, vote-t- il ? Oui vous direz que les vrais villageois ne sont pas bêtes, çà c’est vrai car ils sont les plus intelligents pour lier l’agriculture à la culture. Mais leur réponse, la vraie, est de dire que nous sommes de telle personne dans le village ou qu’on nous a donné des sacs de sel ou promis des moulins…

Maintenant le suffrage universel direct est la démocratie la plus aboutie avec une personne, une voix et direct, sans passer par une représentation. Dans les deux cas, le peuple n’a rien à y tirer ! Ces populations ne se retrouvent pas dans ces formes d’élection où quelqu’un vient leur dire : je vous donne de l’argent ou quelques choses pour que vous votiez pour moi. Et après, il redevient un employé à votre service. Vous voyez ce que je veux dire, on paye un poste pour travailler gratuitement pour la personne qu’on paye.

Vous ne comprenez pas encore, je vous donne de l’argent pour devenir votre esclave, encore vous ne voyez pas ? C’est-à-dire que, je vous prie et vous paye de travailler à votre place sans salaire en plus. Qui se moque de qui dans cette situation ? Le peuple ne comprend pas, la démocratie n’est pas démocratisée dans nos villages, c’est juste pour eux un règlement de compte entre un repositionnement perdu, des vengeances entre frères et sœurs…

Pendant ces dernières élections communales, c’est exactement ce qui est arrivé. Les gens ont préféré aller aux champs car, ils ne comprennent pas qu’un étranger pour eux, peut être leur roi, chef de village, maire, conseiller… C’est juste une imposition de valeur d’autrui que ces populations ne comprennent pas.

Dans ce cas, vous me parlez de légitimité parce que quelqu’un a mis un bout de papier dans une boite sans savoir pourquoi il l’a fait. Allez vous faire voir ailleurs, ici, c’est chez nous, au village.

On voit que ce suffrage universel direct est toujours une vraie bêtise et il nous conduit directement vers un repli identitaire inconscient. Vous voyez que chaque leader politique revendique la victoire dans son village d’origine, pour ceux qui ont un village. Il y a ceux qui s’inventent des villages pendant ces élections en vue de confirmer que le suffrage universel direct ne marche jamais chez nous. Je suis né ici, j’ai grandi là-bas, mon père a servi ici…

Notre démocratie et nos élections doivent aller vers une autre forme de valeur du pouvoir. Il faudrait voir, dans les différents peuples, les méthodes de gestion du pouvoir et en faire une synthèse. Si la méthode de choix de l’Amenokal à Kidal le rend plus légitime que d’autres dites plus démocratiques, si la méthode d’élection d’un hogon au pays dogon, constituée par la simulation du pouvoir à l’esclavage (le Hogon est un esclave du peuple), si le choix des chefs de clans des chasseurs du Wassoulou vaut mieux que…, alors pourquoi ne pas essayer de les modéliser comme pour dire aucun modèle n’est universel.

Alors, si on ne change pas la vraie raison de nos échecs, ne comptons pas sur des bons résultats malgré toutes les lois. Ce n’est pas être « passéiste », comme penseront certains complexés de l’occident. Je n’adore pas la langue française, mais je vénère nos langues nationales qui peuvent nous aider à dépasser les problèmes des temps.

Je suis certains que certains n’auront rien compris de cet article, car ils voulaient que je m’exprime comme tout le monde : il y a eu des vols, des achats de consciences, des trafics d’influence,… mais ce ne sont que les conséquences de la vraie mauvaise cause : le suffrage dit universel dit direct.

Un jour l’Afrique sera !

SDF

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here