François Menguelé Directeur du PADRE à propos des élections communales: «Nous avons constaté que dans 85% des Communes que nous appuyons dans les régions de Mopti, Ségou et Kayes, il y a eu de l´alternance au niveau des maires…»

En marge de la réunion, du comité d’orientation politique du Programme d’appui à la Décentralisation et à la Réforme de l’Etat(PADRE), tenue le mardi 29 novembre dernier au ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, M. François Menguelé, Directeur dudit programme, nous a accordé un entretien. Au cours duquel, il nous a révélé qu’à l’issue lors des dernières élections communales, il y a eu un changement à la tête des mairies dans 85% des Communes partenaires du PADRE. Toute chose qui selon lui, est salutaire pour la gouvernance locale. Lisez plutôt !
Le Sursaut : Vous êtes le Directeur du Programme d’Appui à la Décentralisation et à la Réforme de l’Etat(PADRE), pouvez-vous nous le présenter?
François Menguelé : Le programme d’appui à la Décentralisation et à la Réforme de l’Etat(PADRE) est un cadre de partenariat entre la Coopération allemande et le ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, qui a été mis en place depuis avril 2015.
Ce programme porte sur trois ans et au bout des 15 -16 premiers mois nous avons réalisé un certain nombre d’activités dans les 3 régions partenaires (Ségou, Mopti et Kayes) ainsi que dans les communes avec lesquelles nous travaillons.
Quel est l’objet de la rencontre d’aujourd’hui ?
F.M : l’objectif de notre rencontre d’aujourd’hui consiste à porter à l’attention de l’autorité politique qu’est le ministère de la Décentralisation, ce que nous avons pu recueillir comme préoccupations. Et faire le point des résultats obtenus jusqu´ici afin de dégager les meilleures perspectives.
Au cours de cette rencontre vos échanges ont porté sur quels sujets ?
F.M : les échanges d’aujourd’hui ont porté sur la présentation du programme dont le budget se chiffre à 21 millions d’euros dont 18,5 millions d’euros donnés par le ministère allemand de la Coopération (BMZ) et 2,5 millions d’euros par l’Union Européenne(UE).
Il faut rappeler que nous avons réussi à mobiliser un complément budgétaire de 4,5 millions d’euros supplémentaires du BMZ au cours de l’année 2016, pour travailler sur trois axes supplémentaires : i) l´approfondissement de la régionalisation dans les régions de Mopti, Ségou et Kayes, ii) l´amélioration de l´archivage dans la région de Gao et ses communes, iii) la formation des autorités intérimaires par le biais du centre de formation des collectivités territoriales, CFCT .
Par ailleurs au cours de nos échanges nous avons évoqué les différentes réalisations faites par le PADRE. A ce titre nous avons renforcé la maitrise d´ouvrage dans les régions de Ségou et de Mopti de sorte à accélérer la réalisation de 22 équipements économiques financés par l´UE, notamment des périmètres de maraichage, marchés à bétail et boucheries modernes.
Ces appuis, et bien d´autres que nous prévoyons, visent à inciter davantage les jeunes à s’intéresser aux activités agro-sylvo- pastorales.
Nous avons également fait cas de certains problèmes qui se posent en termes de gestion des infrastructures. Parce qu’il est bien de construire des infrastructures mais il est essentiel aussi de les maintenir dans un bon état de fonctionnement.
Nous avons également parlé des élections communales du 20 novembre dernier. Dans toutes les Communes où nous avons travaillé (plus de 15 communes) le taux de participation a varié entre 50%, à Ségou, 59% à Mopti et 36% à Kayes, des taux supérieurs à celui enregistré au niveau de Bamako. Par ailleurs, nous avons enregistré une montée en puissance, de l´ordre de 200 à 300%, de femmes qui ont accédé à un mandat électif dans nos communes partenaires. On peut donc noter qu’il y a eu un regain d’intérêt des populations à saisir les opportunités que leur offre la décentralisation pour participer à la vie publique et juger la performances de leur dirigeants.
Nous avons aussi constaté que dans 85% des communes appuyées par le PADRE, il y a eu des alternances, ce qui est prometteur pour le fonctionnement de la gouvernance locale. Car cela démontre que les populations trouvent un intérêt non seulement à participer au choix de ceux à qui, elles veulent confier le mandat pour gérer les collectivités. Mais aussi à investir leur espoir dans une nouvelle équipe en vue que la gouvernance locale se porte mieux.

Enfin nous avons évoqué les voies et moyens à trouver pour mieux enraciner la décentralisation dans les Communes, dans les régions, à travers une plus grande participation des populations à l’action publique et un renforcement des nouveaux élus et leurs administrations pour une meilleure performance dans la délivrance des services publics. Propos recueillis par Moïse Keïta

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here