Rattachement de la Commission des Armes Légères au Ministère de la Sécurité : Le Président du Rasalao / Waansa proteste et dénonce

Le Président du Réseau d’Action sur les Armes Légères en Afrique de l’Ouest RASALAO / WAANSA, Amadou Maïga, proteste et dénonce le rattachement de la Commission Nationale de lutte contre les Armes Légères au Ministère de la Sécurité en lieu et place de la Présidence de la République. Le Président du RASALAO / WAANSA a fait cette déclaration, le 2 décembre dernier, au cours d’un point de presse. Selon Amadou Maïga, la Commission nationale de lutte contre les armes légères est logée depuis sa création en 1996 à la Présidence de la République. Le Mali est cité en exemple en Afrique de l’Ouest et a servi de laboratoire d’expérimentation pour de nombreux pays. «Nous ne connaissons pas les motivations. Au moment où les commissions de certains pays quittent les ministères pour la Présidence ou la Primature, c’est le Mali cité en exemple, qui recule en prenant cette décision. On ne voit pas ce qui motive le transfert de la Commission au ministère de la sécurité. C’est un grand recul pour le Mali. C’est inexplicable. Nous ne voulons pas que la Commission quitte la Présidence ».

Pour le RASALAO / WAANSA, le rattachement de la Commission au ministère de la sécurité réduit considérablement sa marge de manœuvre. « Nous souhaitons que la Commission reste rattachée à la Présidence », a-t-il souligné en interpellant le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta et le Secrétaire général de la Présidence, Soumeylou Boubèye Maïga.

Doumbia

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here