Forum national sur la mendicité : Réflexion autour des stratégies de lutte contre le phénomène

La Maison des aînés a abrité lundi et mardi, les travaux d’un forum national sur la mendicité. La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire Hamadou Konaté, en présence de son collègue des Affaires religieuses et du Culte Thierno Hass Diallo, d’un représentant de la société civile, Gaoussou Traoré et du maire de la Commune IV, Issa Sidibé. En souhaitant la bienvenue aux participants, le représentant du maire a indiqué que la mendicité est une préoccupation nationale et un véritable fléau social qui donne à notre pays une image dramatique.

Aucun endroit n’est épargné par la pratique de la mendicité. Il s’est réjoui de l’initiative du ministère d’organiser ce forum, avant de réitérer l’engagement et la disponibilité du conseil municipal à accompagner les acteurs dans la lutte contre la mendicité. Le représentant de la société civile a souligné que la lutte contre le phénomène de la mendicité ne peut se confondre avec une lutte contre les mendiants. Il s’agit de créer les conditions permettant aux individus, abusant de la charité publique de se prendre en charge dans la dignité et le respect des droits.

Il s’agit aussi de lutter contre l’exploitation des enfants, sous toutes ses formes allant de la mendicité des talibés à l’exposition des bébés et jeunes enfants sur les voies et places publiques.

Il a réitéré l’engagement de la société civile malienne à appuyer l’action des pouvoirs publics visant au mieux-être des populations dans un véritable partenariat. En prenant la parole, le ministre Hamadou Konaté a souligné qu’en dépit de nombreuses actions menées de 2000 à nos jours par les pouvoirs publics, les ONG et certains partenaires techniques et financiers, la mendicité dans sa forme actuelle reste une déviance sociale. Elle porte atteinte à l’image du pays dans sa forme ostentatoire.

Il convient donc de trouver des solutions idoines pour endiguer ce fléau. C’est pourquoi, a-t-il dit, son département a initié ce forum dont l’objectif est de mener des échanges sur la problématique de la mendicité en vue d’enrichir le Plan stratégique de lutte contre le phénomène. Il a indiqué que malgré une faiblesse de données sur le phénomène, la mendicité prend une ampleur inquiétante et se pose comme un problème de développement. Jadis pratiquée entre autres par les personnes handicapées, les adultes qui viennent en exode dans les centres urbains, la mendicité est devenue de nos jours une source de revenus tant pour les personnes saines, que pour les invalides.

Elle persiste, se professionnalise et compromet dangereusement l’avenir de centaines de milliers de mineurs. Le phénomène crée et amplifie au Mali d’autres problèmes de développement plus graves tels que l’analphabétisme chez les enfants, la prolifération d’enfants en marge de la loi, les risques d’accident de circulation et de maladies. Pourtant, a rappelé Hamadou Konaté, le code pénal du Mali punit la mendicité, l’incitation à la mendicité et la négligence dans l’éducation des enfants (cf. article 193).

Les deux jours de travaux ont contribué à améliorer les connaissances et la prise de conscience des acteurs de développement du Mali à tous les niveaux sur le phénomène de la mendicité, a t-il espéré. Ils ont permis de renforcer également le débat national sur les propositions de recommandations et actions envisagées en terme de réduction de la mendicité et de dégager les résolutions consensuelles devant accélérer l’opérationnalisation effective des nouvelles mesures de lutte contre la mendicité.

La rencontre a été aussi une opportunité de mettre en place un partenariat entre le gouvernement et les donateurs en faveur de la lutte contre le phénomène de la mendicité ; d’améliorer le plan stratégique élaboré par l’intégration des observations des autres acteurs et d’asseoir une feuille de route pour les perspectives d’actions opérationnelles. Durant les deux jours de travaux, les communications ont porté sur le Projet d’appui à la lutte contre l’exploitation économique par la mendicité (PALUCEM) ; l’exploitation économique des enfants par la mendicité ; le plan stratégique de lutte contre la mendicité.

Au terme des travaux, les participants ont recommandé entre autres, de mettre en place un Comité national de Coordination de lutte contre la mendicité, faire un plaidoyer auprès de l’Etat, des collectivités, des PTF et du secteur privé pour la mobilisation des ressources en vue de la mise en œuvre du plan. Ils ont demandé d’assurer la traduction de la loi n° 2012-023 du 12 juillet 2012 en langues nationales, en arabe et en braille, d’accélérer le processus d’intégration des écoles coraniques dans le système éducatif.

Les participants ont préconisé également de responsabiliser les collectivités décentralisées sur le plan technique et financier dans la lutte contre la mendicité ; de disséminer la loi n° 2012-023 du 12 juillet 2012 relative à la lutte contre la traite des personnes et les pratiques assimilées et son application. Le forum a souhaité aussi l’implication de toutes les OSC œuvrant dans le domaine dans la mise en œuvre et le suivi du plan.

A. D. SISSOKO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here