Attaque de la prison de Niono : 93 prisonniers se sont évadés

Des hommes armés venus à bord de motos ont attaqué cette nuit la prison de Niono située à une dizaine de kilomètres de la ville. 93 détenus se sont évadés et deux surveillants de la prison auraient été tués. Selon le ministère de la sécurité, trois évadés ont déjà été capturés. Des sources sur place indiquent que les assaillants appartiendraient au groupe jihadiste Ançardine.

Vers minuit des hommes armés ont attaqué la prison de Koulanbawèrè située à une dizaine de kilomètres de Niono. Selon les informations recueillies sur place, il y a eu des échanges de tirs entre les assaillants et les forces de l'ordre. Des sources locales indiquent qu'au cours de cette attaque, 93 prisonniers auraient été libérés et deux surveillants de la prison blessés et évacués vers Ségou. Une autre source indique que ces derniers auraient été tués.

Des renforts sont arrivés vers 2h00 du matin. Selon un témoin, certains prisonniers sont restés sur place, d'autres se sont réfugiés dans la forêt avant de se rendre tôt ce matin à la justice. Des sources locales précisent également que les assaillants étaient au nombre de cinq et lourdement armés. Ils criaient '' "Allahou akbar '', et ''Ançardine''.

Cette attaque de la prison de Niono fait suite à celle de Banamba il y a quelques semaines qui s'était soldée par l'évasion de 21 prisonniers. L'attaque avait été revendiquée par le groupe jihadiste Ançardine. Dans un communiqué, ce groupe a juré, il y a quelques jours, de libérer tous ses prisonniers partout au Mali. Dans un communiqué, le ministère de la sécurité et de la protection civile a indiqué que trois des 93 évadés ont été capturés.

Les autorités locales de Niono s'inquiètent de la recrudescence des attaques visant les prisons. Selon elles, si l’État ne prend pas les choses en main, les conséquences seront très graves car les groupes jihadistes cherchent à se reconstruire. Écoutons ce témoignage sous couvert d’anonymat :

"Ils avaient juré que partout où se trouve leurs partenaires ils vont les libérer. C'est pourquoi ils ont attaqué la prison. Pour l'instant l'information que j'ai eue c'est qu'il y a eu deux gendarmes tués et d'autres blessés qui ont été évacués à Ségou. Les conséquences peuvent être néfastes parce que quand tu arrives à libérer des prisonniers dans une ville comme Niono, je ne dirais pas que l’état a failli mais il faudra que l’état s'accroche. Ça veut dire qu'ils ont une capacité de frapper à tout moment et en tout lieu. Donc il faut faire attention. S'il faut qu'ils retrouvent leurs partenaires n'importe où ils sont, c'est très dangereux. C'est pour récupérer les forces anciennes et c'est pour ensuite essayer de reprendre quelques ville. Nous n'avons pas fini avec ces choses".


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here