La Cedeao veut contraindre Yahya Jammeh au départ

La Cedeao veut contraindre Yahya Jammeh au départ
Une mission de chefs d'État d'Afrique de l'Ouest était attendue mardi en Gambie pour convaincre Yahya Jammeh de reconnaître définitivement sa défaite à l'élection présidentielle et céder le pouvoir. © AFP

L’étau se resserre autour de Yahya Jammeh après sa volte-face sur les résultats de la présidentielle. L’organisation ouest-africaine est bien décidée à mener sa mission jusqu’au bout.


L’espoir suscité par une transition démocratique n’aura pas duré bien longtemps en Gambie. Huit jours après avoir reconnu sa défaite à l’élection présidentielle et félicité son rival, Adama Barrow, Yahya Jammeh, 22 ans au pouvoir, conteste les résultats. Il accuse la Commission électorale d’avoir truqué le scrutin. Une fois de plus, la volte-face du président sortant ne rassure pas ses voisins. À commencer par le Sénégal, appuyé par l’Union africaine et la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest. Au lendemain de ses déclarations fracassantes, une mission de chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est constituée. Objectif : obtenir le départ immédiat de Yahya Jammeh. Comment et pourquoi ce qui devait être une célébration du peuple gambien est-il en train de se transformer en bras de fer entre Jammeh et la communauté ouest-africaine ?

La Cedeao en première ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here